7x Anticiper 7x Inspirer 7x Décrypter 7x Savoir 7x Faire 7x Recommander 7x Surprendre
Recevoir la newsletter 7x7

7 étapes en deudeuche dans le Tarn

Recommander Par Corine Moriou 04 novembre 2018

7 étapes en deudeuche dans le Tarn
Corine Moriou
1 2 3 4 5 6 7 8

Sur un mode rétro, balade dans le Tarn à bord d’une 2CV pimpante. C’est le bon plan pour découvrir les trésors de cette région qui n’est pas encore saturée de touristes. Ici on prend son temps et on flirte avec l’accent occitan pour s’espanter, escargoter et être poutounné par les gens du pays.

La dolce vita … dans le Tarn, c’est toute l’année. J’abandonne la Vespa, et je m’installe dans une 2CV pour passer en mode slow life sur les routes tarnaises entre villes et villages chers à Toulouse-Lautrec. 

Cela me rappelle mon enfance avec Papa et Maman dans les années 60. Sauf qu’aujourd’hui, je ne trépigne plus sur le siège arrière parce que cela ne va pas aussi vite qu’une DS. Je savoure de rouler pépère à bord d’une 2CV Charleston, la capote repliée, cheveux ramenés en queue de cheval, lunettes de soleil sur le bout du nez.

Un bon plan pour visiter Castres la Venise verte, le village Lautrec, Albi la cité épiscopale, Sorèze… Mes étonnements en sept étapes.

1 Le Tarn : La petite Venise du Languedoc

7 étapes en deudeuche dans le Tarn

Les maisons sur l’Agout

Bernard Lagarde

La deudeuche est garée pour la nuit à Castres et l’on dîne en terrasse sur le bord de la rivière l’Agout. Les maisons sur l’Agout (du latin ad-guttum, canal, égout) ont valu à la ville le surnom de « petite Venise du Languedoc ». Elles sont immédiatement reconnaissables et uniques en leur genre avec leurs façades à encorbellement et pans de bois aux couleurs pastel. Au XVII ème siècle, elles étaient occupées par les tisserands, tanneurs, chamoiseurs et parcheminiers qui utilisaient l’eau de la rivière pour travailler la laine, le cuir, le papier. 

Elles ont fait longtemps la richesse de Castres et affirmé sa vocation pour l’industrie textile. Aujourd’hui, ces demeures ont été réhabilitées et louées par la ville. Sur la berge de l’Agout, nous séjournons au Grand Hôtel de Castres où nous sommes poutounnés (comprenez nous sommes chouchoutés, en langage occitan) par le personnel. Cette maison appartient à la même famille, aubergistes depuis le XVII ème siècle.

2 Le Tarn : La disparition du crâne de Goya

7 étapes en deudeuche dans le Tarn

Autoportrait aux lunettes de Francisco de Goya

Corine Moriou

Ce tableau exposé au musée Goya à Castres, je le regarde longuement comme pour en percer le mystère. La vie de Francisco de Goya a été rocambolesque, même après sa mort. Enterré à Bordeaux en 1828, la dépouille du maître a été rendue à L’Espagne, sa terre natale, en 1899. 

Stupeurs et tremblements : le crâne a disparu. Une main sacrilège l’aurait-elle subtilisé ? L’une des hypothèses est que Goya aurait offert de son vivant son crâne post mortem à un ami médecin bordelais curieux de mesurer les bosses d’un génie. Le peintre rêvait dit-on d’être enterré aux côtés de son amante, la duchesse d’Albe qui a hanté toute son œuvre. Elle aussi fut exhumée pour subir une autopsie et l’on raconte qu’il lui manquait un pied... L’artiste contemporain Nicolas Maldague s’est inspiré de Goya pour créer un parcours artistique original guidé par une réflexion philosophique sur la désillusion.

3 Le Tarn : Le safran, produit le plus cher du monde

7 étapes en deudeuche dans le Tarn

La cueillette du safran

On l’appelle l’Or rouge. Le kilo de safran produit en France coûte environ 30 000 euros. On s’espante (comprenez on est épaté). Pourquoi cet épice est-il plus cher que la truffe ou le foie gras ? La récolte est infiniment minutieuse. Pour préserver son arôme unique, les fleurs doivent être cueillies chaque jour, une à une, à la main.

 

L’émondage (séparation du pistil de la fleur) est réalisé dans la journée très délicatement, car seule doit être conservée la partie rouge des stigmates. Ce travail manuel, long et délicat, est le seul garant de la qualité du safran. Nous voilà rassurés, les robots ne peuvent pas encore remplacer la main de la femme (et de l’homme) dans les safranières. Vient le séchage qui conserve les pistils tout en libérant les arômes. Il fait perdre au safran 85 % de son poids. Pour obtenir un kilo de safran, il faut récolter, manipuler et faire sécher 150 000 à 200 000 fleurs. 

« Avec 0,2 gramme de safran, on parfume trente assiettes », relativise Eve productrice de safran qui nous accueille à La Maison du Safran à Castres. J’y déguste un kir safrané, du foie gras mi-cuit accompagné d’une gelée de pomme safranée, du chèvre bio et miel au safran… à petits prix. Un goût subtil, légèrement sucré !

4 Le Tarn : Le carillonneur bénévole de Notre-Dame-de-la-Platé

7 étapes en deudeuche dans le Tarn

Jean-Pierre Carme, le carillonneur de l’église de la Platé

Corine Moriou

A Castres, les cloches du carillon de l’église Notre-Dame-de-la-Platé n’ont jamais cessé de chanter depuis leur installation en 1847. Pour cela, sept générations de carillonneurs bénévoles se sont succédées. Sonner les cloches – elles sont 33 et pèsent 3633 kg de bronze – c’est un honneur ! 

Jean-Pierre Carme découvre le carillon, à l’âge de 27 ans, quand il grimpe les 120 marches de La Platé. C’est le coup de foudre : il est formé par le carillonneur « titulaire » de l’époque. Pendant 40 ans, Jean-Pierre s’est échappé tous les jours de son travail à la banque pour aller faire sonner midi. « Les jeunes s’y intéressent, cela fait plaisir de savoir que la relève sera assurée », lâche la star du congrès annuel des carillonneurs de France. Et oui, il n’y a pas que les experts comptables qui ont leur congrès annuel. Aujourd’hui, les cloches chantent pour le Nadalet (petit Noël en occitan), les jours qui précèdent Noël. Tous les premiers dimanches du mois de 11 heures à midi, Jean-Pierre offre un concert aux Castrais, reconnaissants que le sonneur de cloches perpétue la tradition.

5 Le Tarn : Le village de Lautrec

7 étapes en deudeuche dans le Tarn

Une boutique couleur pastel à Lautrec

On fousique (comprenez on furette) à Lautrec, cité médiévale au cœur du pays de Cocagne, classée parmi Les plus beaux villages de France. Ancienne vicomté, elle est le berceau de la famille Toulouse-Lautrec dont le peintre affichiste est l’illustre descendant.


Jusqu’à la Renaissance, le pastel était la seule source bleue et le triangle Albi-Toulouse-Carcassonne devint « le grenier à pastel de l’Europe ». L’indigo d’Amérique et des Indes mit fin à l’âge d’or du pastel de l’époque. Aujourd’hui, cette plante tinctoriale est à nouveau cultivée et mise en valeur par le savoir-faire à l’ancienne des artisans producteurs de la cocagne.

Je m'approvisionne en Ail Rose de Lautrec utilisé par les chefs étoilés et achète un tee-shirt pastel dans l’une des boutiques du village.

6 Le Tarn : Albi et la Mappa Mundi

7 étapes en deudeuche dans le Tarn

La Mappa Mundi, plus ancienne carte du monde

Albi la pourpre, ville de briques rouges garde toujours cette allure de ville toscane avec ses maisons au bord du Tarn. Elle ne frime pas bien que classée patrimoine mondial de l’Unesco. Christian Rivière, notre ambassadeur du Tarn, amoureux d’Albi, a mille anecdotes et il répond à toutes nos questions y compris les plus indiscrètes. 

Nous visitons la cathédrale fortifiée Sainte Cécile, chef d’œuvre du gothique méridional, puis nous escargotons (comprenez nous flânons) dans les ruelles bordées de maisons à colombages. On y découvre des beautés cachées derrière les façades des hôtels des pastelliers du XVI ème siècle. Au Palais de La Berbie, j’admire la plus grande collection du monde de Toulouse-Lautrec, l’enfant du pays mort à 36 ans. 

Changement de décor. A la médiathèque d’Albi, nous nous installons cérémonieusement autour d’une grande table rectangulaire; Jocelyne Deschaux, Directrice des médiathèques albigeoises, sort avec précaution la Mappa Mundi de son écrin. Datant de la deuxième moitié du VIII ème siècle, c’est l’une des plus anciennes cartes conservées à ce jour, ni symbolique, ni abstraite, mais représentant la géographie du monde. Une seule carte manuscrite de cette époque est connue : il s’agit d’un manuscrit conservé au Vatican. La Mappa Mundi a été dessinée sur un parchemin en peau de mouton ou de chèvre. On ne sait pas exactement. « Elle a contribué dit-on à la méditation contemplative, offrant le même regard que Dieu sur le monde : une vue du ciel », avance Jocelyne Deschaux. Je m’espante (comprenez je m'extasie) devant cette très vieille carte et me demande si Houellebecq en a eu connaissance avant d’écrire La carte et le territoire.

7 Le Tarn : Les élèves célèbres de l’Abbaye-école de Sorèze

7 étapes en deudeuche dans le Tarn

Une chambre à l’Abbaye-école de Sorèze

Corine Moriou

Etre en pension à l’Abbaye-école de Sorèze était considéré comme une horrible punition. Pourtant Hugues Aufray, à plus de 84 ans, témoigna y avoir été très heureux. Gaucher et dyslexique, il était dingue d’équitation. Repéré par un prof et grâce aux chevaux, il sortit du rang des cancres, progressa en orthographe et s’adonna à la musique. On connaît la suite … Sorèze, c’est une petite ville de 2 700 habitants adossée à la Montagne Noire, proche de Saint Ferréol, réserve d’eau pour le Canal du Midi. Construite, démolie, reconstruite, l’Abbaye fut fondée en 754 par Pépin le Bref, puis elle fut érigée sous Louis XVI « Ecole royale militaire », en concurrence avec le prytanée militaire de La Flèche dans la Sarthe. Elle doit sa renommée à son mode d’enseignement novateur jusqu’à sa fermeture en 1991. "On formait un jeune homme pour être aussi à l’aise sur un champ de bataille que dans un salon", commente notre guide. Les filles sont acceptées en 1980, mais l’école ferme en 1991 après avoir accueilli des élèves devenus des personnalités ». La Pérouse, Arago et plus près de nous Gilles de Robien, Claude Nougaro, mais aussi Les frères Bogdanov, Julien Lepers, Pierre Frey ont usé leurs culottes sur les chaises « cathédrales ». 

Aujourd’hui dans l’enceinte de l’Abbaye, le musée dédié à Dom Robert, moine bénédictin artiste cartonnier-tapissier, présente d’immenses tableaux tissés. Ces tapisseries sont un hymne à l’amour de la nature : paysages, fleurs, herbes folles, chevaux, poules, canards… Jean Lurçat, l’initiateur de Dom Robert, paraît un peu « rangé » aux côtés de son élève exubérant.

8 Plus d’info pour vadrouiller dans le Tarn

Se renseigner à l’Office de tourisme du Tarn, l’Office de tourisme de Castres, l’Office de tourisme d’Albi

L’hôtel-restaurant 4 étoiles L’Alchimy, situé dans le centre historique d’Albi, est un établissement haut de gamme, raffiné. Chambres design et douillettes, bar à cocktails et tapas, lounge détente très calme.

L’Epicurien, c’est l’adresse branchée d’Albi. Le chef d’origine suédoise concocte un Menu pour les Très Gourmands. Mention spéciale à Guillaume Roubet, le sommelier consacré par Gault et Millau. Belle dégustation du Brut de Mayragues (bio-dynamie). 

Au dernier étage du Grand Théâtre, le restaurant La Part des Anges tutoie les cieux. Foie gras confit, côte de bœuf maturée 30 jours, pâte de coing et vin chaud servis aux beaux jours sur la vaste terrasse dominant la ville. Un ange passe… 

La Vadrouille Albigeoise loue des 2CV, SOS dépannage compris sur la route. Avec une voiture de collection, c’est toujours un peu l’aventure ! Mais ce serait trop dommage de s’en priver. Tel : 07 82 31 27 65

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black