7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

Recevoir la newsletter 7x7

7 façons de déraper avec Pokémon Go

S'étonner Par Valentin Lemaire 25 juillet 2016

Qbpocip8lyhmqhhzkv52

Elle fait des jeux de mots vaseux et squatte des lieux où on chasse les pokémons... Hillary a trouvé de nouveaux appâts pour attraper les électeurs. 

Twitter
1 2 3 4 5 6 7

Un seul pays résistait encore à l’invasion de pokémons. C’est fini. Depuis ce dimanche 24 juillet, les  Français sont à leur tour condamnés à errer dans les rues têtes baissées… et à provoquer d’invraisemblables situations comme dans le reste du monde. 

L’application Pokémon Go est donc sortie en France. On peut, à l’aide de son smartphone, sortir chasser des créatures virtuelles géolocalisés dans nos cités. Nous allons surement assister, comme dans le reste du monde,  à de nombreux délires autour de ce phénomène. Depuis quelques semaines, la frénésie qui s’est emparée d’une grande partie des adeptes de Pokémon Go semble repousser toujours plus loin les bornes des limites sans frontières ! Entre évènements incongrus et imprévisibles et réutilisations douteuses, voici une première récap ‘des faits divers provoqués par la nouvelle et immense communauté de chasseurs de pokémons.

1 Une ruée à Central Park

"Oh my god ! That's so funny" : funny aussi les commentaires sur cette vidéo amateur.

Les espaces verts étant des lieux privilégiés pour la capture des pokémons, Central Park est très prisé par les utilisateurs de l’application. Ainsi, le 15 juillet, des centaines de joueurs sont disséminées dans tout le célèbre parc new yorkais, ce qui fait qu’un mouvement impressionnant se produit à 23h. Un Pokémon rare apparaît et toute cette foule se précipite pour tenter de l’attraper (voir la vidéo).

En France, des phénomènes comparables commencent à être observés, ainsi raconte et filme Sud Ouest, à Bordeaux, le Jardin public est devenu un gigantesque terrain de chasse à créatures virtuelles, ce dimanche 24 juillet  après-midi... 

2 Une situation tendue au musée de l’Holocauste à Washington

Vxnu4di45c5ntpjqiicm

Un doduo à la billetterie...

Capture d'écran d'Andrea Peterson

Dans un jeu où n’importe quel endroit est un terrain de chasse pour capturer des Pokémons, des situations étranges peuvent rapidement apparaître. L’Holocaust Museum  dans la capitale américaine est indiqué par le jeu comme un PokéStop (lieu où l’on peut trouver divers objets virtuels utiles pour l’application), et de nombreuses personnes ont profité de leur visite pour jouer à Pokémon Go. Le porte parole du musée s’est exprimé sur ce point et demande à ce que les utilisateurs respectent la mémoire liée à ce lieu. Il faudrait probablement donner quelques cours d'histoire chez Nuantic (l’entreprise qui commercialise le jeu)....

3 Des accidents vite arrivés chez les moins avertis

Autumn, ta maman ne t'avait pas dit de regarder avant de traverser ? 

Le jeu étant à peine sorti, il est déjà au cœur de débats légèrement malhonnêtes. Lorsqu’une jeune fille de 15 ans pénètre sur une voie d’autoroute aux alentours de Pittsburgh à la recherche de pokémons, et se fait inévitablement percuter par une voiture, c’est pour Autumn Deseiroth et sa mère le jeu qui est le responsable. Hum.  Peut-être faudrait-il conserver un peu de bon sens et de responsabilité comme la plupart des joueurs, au lieu de blâmer ce qui n’est qu’un outil…

4 Des joueurs addict qui finissent la nuit au poste…

Wxyxsnmomq0seycnwkie

Pour une fois, les flics US sont filmés en train de viser un blanc...

Les choses peuvent aller plus loin qu’une simple blessure chez des joueurs qui ont du mal à relativiser l’importance du jeu. Au Ballast Point Park dans la ville de Tampa en Floride, quelque 150 personnes s’étaient rassemblées pour s’adonner à Pokémon Go, mais plusieurs riverains se sont plaints quand ceux-ci sont restés après la fermeture du parc. Tout ceci aurait pu se conclure tranquillement avec l’arrivée des forces de l’ordre. Tous les joueurs ont alors évacué le lieu sans contester… à l’exception d’un homme. David T. Mastrototaro-Baermude a commencé à résister lorsque les policiers ont tenté de l’évacuer de force. Après avoir pris une décharge de taser, l’homme est conduit au poste sans avoir pu capturer son Pokémon...

5 Mais aussi des criminels retrouvés grâce à Pikachu !

Faebmr9x9sxzo12eocdq

Pikachu juste avant une capture...

Capture écran film promotionnel Pokemon Go

Pokémon Go ne déclenche pas seulement des incidents plus ou moins ridicules. William Wilcox était recherché par la Police du Michigan et s’est jeté dans la gueule du loup d’une manière assez inattendue. En jouant à Pokémon Go, il devait se rendre à côté d’un commissariat qui était répertorié comme une arène. Appréhendé sur place sans que la police n’ait même à le rechercher, le jeu lui a été fatal.

6 Le sport est touché à son tour par le phénomène...

Bon, finalement ce n'est pas plus ridicule que ce qu'on a vu pendant l'Euro...

Le milieu du sport est souvent opposé à celui du jeu vidéo. Pourtant, l’équipe finlandaise RoPS a été la première à lancer une mode pour célébrer un but en feignant de jouer à Pokémon Go. Un phénomène semblable s’est également produit avec un combattant américain de MMA (sport de combat libre). Alors que son adversaire s’effondrait K.O. sur le ring, il a enfilé une casquette de dresseur et attrapé une Pokéball qu’il a fait rouler vers le perdant. On craint le pire pendant les J .O….

7 A la politique, avec Donald et Hillary

Hmw3bg1lolleqspgvuen

Dans l'art de la récup', les deux font la paire !

Twitter

Donald Trump, toujours opportuniste, a été le premier à s’approprier le succès de l’application. Son équipe a mis en ligne  une vidéo s’inspirant de l’esthétique et des mécaniques du jeu afin de dénigrer son opposante démocrate  : elle mentirait au peuple, contournerait le système et partagerait des emails secrets. 

Si cette vidéo n’a pas eu un impact retentissant, c'est Hillary Clinton, dans le but d’attirer les amateurs du jeu qui a fait le plus parler d’elle. Lors d’un meeting à Annandale en Virginie, l’ancienne secrétaire d’état a esquissé un jeu de mot vaseux par rapport à Pokémon Go (Pokémon Go to the polls  - va aux urnes) pour montrer son implication dans la mouvance. Cette phrase est devenue involontairement virale sur internet, beaucoup d’internautes s’en donnant à cœur joie pour ridiculiser la candidate

Malgré ce bad buzz, Hillary ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle a utilisé à nouveau le phénomène pour attirer les foules : en organisant un meeting au Madison Park de Lakewood dans l’Ohio, un PokéStop.  L'idée :  amener petits et grands à venir l’écouter tout en capturant des pokémons... 

En France, on peut s'attendre aussi au pire. Bruno Le Maire a déjà commencé...

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black

Plus d'articles dans S'étonner

Partager 4 Linkedin white 26 Facebook white Twitter white Email white Plus white