7x Anticiper 7x Inspirer 7x Décrypter 7x Savoir 7x Faire 7x Recommander 7x Surprendre
Recevoir la newsletter 7x7

7 oeuvres d'art fascinantes à l'exposition "Artistes et Robots"

Recommander Par Robin Servais 26 juin 2018

7 oeuvres d'art fascinantes à l'exposition "Artistes et Robots"

Peter Kogler, Untitled, 2018

Aldo Paredes pour la Rmn-Grand Palais, 2018
1 2 3 4 5 6 7

Jusqu’au 9 juillet 2018, le Grand Palais propose une exposition intitulée « Artistes et robots », exposant des oeuvres réalisées par des artistes avec l’assistance de robots intelligents. Voici une sélection de 7 oeuvres fascinantes (et un peu angoissantes) à découvrir. 

Lassé des traditionnelles expositions d’oeuvre d’art ? Alors il vous ne reste qu’un peu moins de deux semaines pour courir au Grand Palais découvrir l’exposition « Artistes et robots ». Les organisateurs de l’évènement indiquent que le but est d’« expérimenter des oeuvres créées par des robots de plus en plus intelligents ». Comme expliqué précédemment sur 7x7, la société se modernise et cela se manifeste par la robotique et l’intelligence artificielle. Aucun domaine n’y échappe, pas même l’art et ce dans toutes les étapes de sa production et de son après-production, qu’il s’agisse comme l’indique les organisateurs de l’évènement, de la diffusion, de l’exposition et de la conservation de l’oeuvre. L’exposition nous invite à nous poser de nombreuses questions, notamment celle de savoir si un robot doté d’intelligence artificielle peut réellement être créatif et avoir de l’imagination. Nous est proposé aussi le concept plus ou moins inquiétant d’artiste-robot. Pour l’instant en tout cas, l’exposition présente le robot comme co-auteur. Autre particularité de cette exposition pas comme les autres: le rôle que joue le visiteur dans l’oeuvre d’art. 

La robotique dans l’art, c’est la première fois que j’en entend parler. Et pourtant, si la robotique a bien un futur dans le domaine artistique, elle a aussi un passé très large. Le concept date en réalité des années 1950 avec des oeuvre pionnières telles que CYSP 1 de Nicolas Schöffer (1956) ou Méta-Matic n°6 de Jean Tinguely (1959). Le pionnier Tinguely donne ici sa manière de voir ce qui est à l’époque une révolution artistique: « L’absurdité totale, le côté dingue, autodestructif, répétitif, le côté jeu, sisyphien, des machines qui sont coincées dans leur va-et-vient: je me sens faire assez valablement faire partie de cette société. Disons: mon travail en donne un commentaire salé, satirique, dans lequel entre beaucoup d’équivoque ». Voici 7 oeuvres d’art, récentes pour la plupart que vous pouvez observer parmi tant d’autres sous la verrière du Grand Palais jusqu’au 9 juillet 2018.

1 Artistes et Robots : Raquel Kogan, Reflexão #2

7 oeuvres d'art fascinantes à l'exposition "Artistes et Robots"

Reflexão #2 de Rachel Kogan

Exposition "artistes et robots"

Raquel Kogan est une artiste d’origine brésilienne, qui exerce son talent depuis les années 1990, passionnée par les paysages artificiels ainsi que par les nouvelles technologies. C'est justement à ces dernières qu’elle s’intéresse avec Reflexão #2, conçue entre 2005 et 2016, qu’il est possible de découvrir dans l’exposition. Reflexão #2, c’est une installation quelque peu déstabilisante puisque très obscure. Des lignes lumineuses composées de chiffres parcourent l’ensemble de l’espace et se reflètent infiniment à l’aide de miroirs. Cette oeuvre ne pourrait pas fonctionner sans présence humaine car c’est précisément elle qui est invitée à s’interroger sur ce qui l’entoure. La volonté de Rachel Kogan est d’offrir au visiteur une liberté, celle de d’interpréter à sa manière ce qu’il voit et également de s’interroger sur le rôle qu’il possède en tant que partie intégrante de l’oeuvre. 

2 Artistes et Robots : Pascal Dombis, ScamScape

7 oeuvres d'art fascinantes à l'exposition "Artistes et Robots"

ScamScape de Pascal Dombis

Exposition "artistes et robots"

Pascal Dombis est un artiste français de 53 ans, spécialiste des nouvelles technologies dans l’art vers lesquelles il s’est définitivement tourné dans les années 1990, après un début de carrière où il s’est consacré à la peinture et la gravure. Avec ScamScape, oeuvre datant de 2012, Pascal Dombis s’intéresse aux textes des spams, ces messages indésirables que l’on reçoit dans nos boîtes mail. En reprenant les textes de ces spams, Pascal Dombis crée une oeuvre à multiples facettes, en utilisant la géométrie fractale. La particularité de ces paysages, c’est leur évolution. Comme chez Rachel Kogan, l’oeuvre a besoin du visiteur. Et c’est précisément quand celui-ci se déplace que l’oeuvre prend vie. 

Une monographie de Pascal Dombis retrace 25 années de créations numériques marquées par l'excès, la répétition et l'imprévisibilité des processus technologiques. 

3 Artistes et Robots : Élias Crespin, Grand HexaNet

7 oeuvres d'art fascinantes à l'exposition "Artistes et Robots"

Grand HexaNet d'Élias Crespin

exposition "artistes et robots"

La modernité et les nouvelles technologies, l’artiste Élias Crespin connaît cela très bien, en tant qu’ex-étudiant en informatique. Vénézuélien de nationalité, ce sculpteur vit à Paris depuis dix ans. C’est en concevant sa première sculpture que l’idée lui est venue de mêler à l’art sa passion étudiante, l’informatique. C’est ainsi qu’il s’est lancé dans la création de sculptures dites « électrocinétiques », pour la plupart des formes géométriques en mouvement grâce à des programmes informatiques. De formes géométriques il est justement question dans Grand HexaNet, la dernière oeuvre en date d’Élias Crespin (2018) exposée au Grand Palais. Suspendues au dessus des têtes des visiteurs, les triangles s’assemblent pour former un hexagone, une illusion permise par l’informatique. Pour réaliser cette oeuvre, Crespin a utilisé un algorithme permettant à des objets physiques de formes simples de se transformer en structures bien plus complexes et surprenantes.

4 Artistes et Robots : Edmond Couchot et Michel Bret, Les Pissenlits

7 oeuvres d'art fascinantes à l'exposition "Artistes et Robots"

Pissenlits d'Edmond Couchot et Michel Bret

Exposition "artistes et robots"

Edmond Couchot, 86 ans, et Michel Bret, 77 ans, sont les co-auteurs de Pissenlits, ensembles de systèmes de projections variables. Comme les précédentes, cette oeuvre interagit avec le spectateur mais a la particularité d’avoir été conçue par deux des pionniers de l’art numérique en France. La référence aux nouvelles technologies, Edmond Couchot l’utilise énormément dans son oeuvre mais la transmet également en tant qu’enseignant en université. C’est à la fin des années 1960 qu’il effectue ses premiers travaux d’art numérique. Michel Bret est lui le créateur de la méthode d’automapping, autrement dit le fait de mettre en place des séquences animées sur elles-mêmes. Il est également réalisateur de films mêlant images de synthèse et installations mettant en scène des acteurs virtuels. 

Ensemble, Couchot et Bret ont créé Pissenlits, une oeuvre conçue entre 1990 et 2017, qui a besoin d’une brise virtuelle pour se balancer et qui pour s’éparpiller, ont besoin de votre souffle. Un capteur saisira votre soupir et entraînera l’éparpillement de ses akènes, avant qu’un nouveau pissenlit ne se reconstitue, dans l’attente du prochain visiteur. 

5 Artistes et Robots : Koji Fukada, Sayonara

Image extraite du film "Sayonara"

Exposition "artistes et robots"

À 38 ans, Koji Fukada est une étoile montante du cinéma japonais. Après avoir été élève à l’Institut Cinématographique de Tokyo, il réalise ses premiers films dans les années 2000, alors qu’il n’a qu’une vingtaine d’années. Au fil des années, il réalise des films tels que Tokyo Ningen Kigeki, Hospitalité, Au revoir l’été et Inabe. 

En 2015 sort son cinquième film en tant que réalisateur, Sayonara, dont un extrait est proposé dans l’exposition du Grand Palais. Ce film de science-fiction revient sur la catastrophe nucléaire de Fukushima, qui a profondément marqué le Japon. Outre une histoire bouleversante, ce film propose une innovation jamais vue jusqu’alors. Au casting, aux côtés notamment de l’actrice française Irène Jacob, figure le premier acteur-robot de l’histoire du cinéma. Une innovation révolutionnaire qui fonctionne bien, même si c’est un acteur-robot n’a pas encore toute la spontanéité et le naturel d’un acteur humain. Mais cela viendra… 

6 Artistes et Robots : Oscar Sharp, Sunspring

Image extraite du film "Sunspring"

Exposition "artistes et robots"

Oscar Sharp, réalisateur britannique de 39 ans, est à l’origine en 2016 d’une expérience unique au monde. En s’associant à un chercheur, il est à l’origine du premier scénario de film écrit …par une intelligence artificielle. Benjamin, nom donné au programme, a étudié le scénario d’une dizaine de films célèbres (2001: L’Odyssée de l’espace, Abyss, Star Trek, X-Files…) avant de se lancer dans celui de Sunspring, un court-métrage de science-fiction de neuf minutes. Benjamin a su utiliser l’ensemble des structures d’un scénario, qu’il s’agisse des dialogues ou des indications scéniques et a même écrit un intermède musical inspiré de 30 000 chansons différentes ! Une fois le scénario terminé, Oscar Sharp s’est lancé dans le tournage du court-métrage où les acteurs ont dû respecter à la lettre l’ensemble des décisions de Benjamin. Au final, cela donne un résultat quelque peu étrange, dû notamment à l’incohérence de certains dialogues. Certes, le film est expérimental mais il vaut le détour pour les particularités qu’on lui connaît.

7 Artistes et Robots : Orlan, Orlan et Orlanoïde

7 oeuvres d'art fascinantes à l'exposition "Artistes et Robots"

Orlan et Orlanoïdes, par Orlan

exposition "artistes et robots"

Orlan, de son vrai nom Mireille Porte, est une artiste française polyvalente et très engagée, notamment dans le féminisme. Peintre, sculpteuse, vidéaste, plasticienne, photographe ayant recours de temps à autre aux médias numériques, elle est l’une des figures françaises de l’art corporel. La thématique principale de son oeuvre est justement le statut du corps féminin dans la société, dont une monographie explique le parcours artistique de 1964 à nos jours.  

Pour participer à l’exposition du Grand Palais, Orlan a choisi de créer en 2017 une installation robotique et vidéo baptisée Orlan et Orlanoïdes. On voit là un corps-sculpture hybride ayant l’apparence de l’artiste. L’oeuvre prend la forme d’un strip-tease « artistique, électronique et verbal » à cause des nouvelles technologies qui reconstruisent et réinventent les corps, comme Orlan le fait elle-même dans l’ensemble de son oeuvre.

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black