7 bonnes raisons de cultiver son jardin (en ville)7 bonnes raisons de cultiver son jardin (en ville)

7 bonnes raisons de cultiver son jardin (en ville)

1 - Parce que ça casse nos classiques
Si la pelle et le râteau font reparler d’eux à l’intérieur des villes, c’est un peu de « la faute à Voltaire ».
Et ce n’est pas un phénomène si nouveau … l’agriculture urbaine nourrit environ un citoyen sur quatre soit à peu près 700 millions de gens dans le monde.Et ce n’est pas un phénomène si nouveau … l’agriculture urbaine nourrit environ un citoyen sur quatre soit à peu près 700 millions de gens dans le monde.
2 - Parce que c’est « Peas and love »
Et ce n’est pas un phénomène si nouveau … l’agriculture urbaine nourrit environ un citoyen sur quatre soit à peu près 700 millions de gens dans le monde.
On le sait depuis 1812 au moins, date à laquelle le docteur Benjamin Rushle, l’un des signataires de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis a démontré que les patients qui travaillaient et creusaient la terre se portaient plutôt mieux que les autres.
3 - Parce qu’un légume (ou des fleurs), ça calme…
Le jardinage urbain intéresse aussi les citoyens.
4 - Parce que ça fait de la maille…
Et c’est là que les puristes ramènent leur fraise … Pour des questions pratiques, en effet, les pouvoirs publics ont tendance à laisser les clés des projets à quelques opérateurs qui finissent par monopoliser l’idée (comme l’affichage Decaux ou les Autolib' Bolloré) Antoine Lagneau qui a notamment participé à un ouvrage sur l’agriculture urbaine s’interroge : « est-ce qu’il existe encore des espaces non-marchand en ville ?»
5 - Parce que ce n’est pas qu’une marchandise
On a oublié ce que pouvait être une ville qui ne serait pas que minérale (et aménagée comme un simple support de promotion des marques et des politiques publiques comme dit encore Antoine Lagneau et ses camarades du jardin du Bois Dormoy).
6 - Parce que ça change radicalement le look and feel de la ville
Et là, c’est sûr et certain : dans un jardin partagé, tout le monde a signé la charte « main verte » qui bannit l’utilisation des produits phytosanitaires, ce qui est encore une façon de donner l’exemple et d’avoir un petit impact sur le climat.»
7 - Parce que forcément c’est bon pour la planète