7 effets (très) pervers de TWITTER sur le débat public7 effets (très) pervers de TWITTER sur le débat public

7 effets (très) pervers de TWITTER sur le débat public

Twitter est-il un « monstre » ?»Twitter est-il un « monstre » ?»
Twitter est-il un « monstre » ?»
1 - Twitter : Un format moderne ou réducteur ?
Poursuivons : Samuel Laurent glisse au terme de son ouvrage cette fameuse citation d’Umberto Eco.
2 - Twitter : La parole à tous et même aux imbéciles ?
Il faut alors rappeler cette sentence indiscutable qu’avait posée Bourdieu à propos de la télévision : « la pensée pensante exige du temps ».
3 - Twitter : De la discussion jaillit n’importe quoi !
4 - Twitter : Appuie sur ce qui divise, et l’exacerbe
Le livre de Samuel Laurent consacre de belles pages aux diatribes (qu’on peut aussi appeler « polémiques », « clashes »), aux divergences et désaccords qui en découlent, souvent d’une rare violence, et à cet égard, irréconciliables.»
5 - Twitter : Version post-moderne de combats éternels
On l’a dit, Samuel Laurent place au cœur de sa propre vision du réseau social « le clash des générations ».
Spécialiste pour son journal des questions de diffusion de l’info et de l’intox, Samuel Laurent développe en expert tout ce qu’on entend sur les effets néfastes du réseau tels que manipulés par des individus, des groupes (ou « groupuscules », « armées de trolls» », comme on voudra), voire des institutions (agences spécialisées, officines douteuses, voire pays mal intentionnés).
6 - Twitter : La question centrale de l’anonymat
On le sait en communication : déformer, amplifier, généraliser, sont trois excellents moyens de transformer un désaccord ponctuel en conflit, voire en crise.
7 - Twitter : Loupe grossissante et déformante ou pas ?