7x Anticiper 7x Inspirer 7x Décrypter 7x Savoir 7x Faire 7x Recommander 7x Surprendre
Recevoir la newsletter 7x7

7 CHANTEURS français à suivre ABSOLUMENT en 2020

Recommander Par Erwan Duchateau 13 avril 2020

7 CHANTEURS français à suivre ABSOLUMENT en 2020
pixabay
1 2 3 4 5 6 7

Ils sont chanteurs, rappeurs, compositeurs. Ils viennent de se lancer ou au contraire prennent une surprenante nouvelle orientation après des années de carrière. Voici notre sélection des sept voix masculines françaises à suivre en 2020.

Si la scène actuelle voit la grande majorité de ses nouvelles têtes émerger du rap, et cette sélection n’a pas l’intention d’en faire abstraction, la pop et la chanson française ont encore de beaux jours devant elles et continuent de se réinventer à travers des figures toutes plus étonnantes les unes que les autres. Derrière l’imposante moustache de Gabriel Auguste, à travers le clavier de DeSaintex, ou dans les rythmes de Refuge, vivent des mélodies de saison, printanières, ensoleillées, à côté desquelles il ne vous faudrait surtout pas passer à côté.

1 Révélation française 2020 : DeSaintex

Son premier EP Je Vois, Je Crois paru en 2018 portait en lui les traces ensoleillées d’Hawaï, où l’alsacien s’était exilé pour trouver l’inspiration après un séjour à Berlin qui lui avait permis de se trouver musicalement. En 2020, le chanteur et compositeur poursuit ses explorations pop en solitaire dans un nouveau quatre titres, Effigies, où sa voix ronde déroule ses états d’âme sur de nouvelles mélodies de clavier toujours enjouées, cotonneuses.

L’envie de plage et le sautillement solaire des tropiques persistent dans les percussions de “A.D.I.E.U.”, où le chant de DeStaintex se fait plus choral alors que la composition s'enrichit de cordes et laisse une place nouvelle à la basse, grondante, orageuse mais éphémère. Comme si ses refrains pouvaient chasser le mauvais temps. Effigies se déguste comme un casse-croûte, en attendant la sortie d’un projet plus conséquent sur lequel on a déjà hâte de poser nos oreilles.

2 Révélation française 2020 : Gabriel Auguste

On aurait du mal à croire à l’écoute de la musique de son groupe Wall of Death, qui verse dans le rock psychédélique plutôt sombre, que Gabriel Auguste nourri un tel amour pour la chanson pop légère, voire naïve. Sous ses allures de redneck se cache un coeur sensible à la beauté simple des choses, capables de composer des chansons d’amour qui brillent par l’évidence des sentiments que porte le propos.

Soutenues par des mélodies tout aussi simples et efficaces, les six nouvelles chansons de son EP Coups Bas paru le 13 mars 2020 se montrent également très directes quand il s’agit d’aborder des thèmes plus violents, comme c’est le cas sur le morceau “Tremble”. Un disque sans fioriture, une voix claire et douce, pour un vrai moment d'honnêteté en chanson.

3 Révélation française 2020 : Jonny Vegas

N’allez pas le confondre avec le sosie de Johnny Hallyday du même nom, ce Jonny-là n’a besoin de copier personne pour exister. Fraîchement débarqué dans le rap jeu en cette année 2020, bob vissé sur le crâne et flow enfumé, Jonny Vegas propose dans son EP Je Crois Qu’elle M’aime paru lors de la dernière Saint-Valentin une romance valsant volontiers avec les substances.

Sur des instrumentales aérées dont les refrains se voient souvent relevés par une série notes étoilées qui viennent décorer de lentes nappes de synthé, le jeune parisien slalome avec aisance sans besoin de montrer les muscles pour prouver. La grande force de ce premier EP réside dans la polyvalence des productions de Bnvsky, qui savent plonger dans le plus sombre sur des titres comme “Coupole de Thé” ou “Deus” avant de revenir à des idées quasiment prog en quelques secondes. Une écoute conseillée pour tous ceux qui ont envie de se laisser aller à rêver une petite demi-heure, les yeux mi-clos.

4 Révélation française 2020 : Refuge

La voix de Refuge est de ces voix qui portent en elles toute la puissance de la fragilité dévoilée. Celle qu’on expose avec la conviction que c’est ainsi qu’on la transforme en force, en beauté. Et quel cadre plus propice à cela que ce deuxième album austère de tout artifice mélodique ? Dans Hunger, le chanteur se place au centre de compositions qui portent en elle son histoire, celle de ses origines indiennes et les rythmes qui l’ont bercé dans son enfance.

Ce sont d’ailleurs les éléments rythmiques qui sont le plus mis en avant dans ces neuf nouveaux morceaux envoûtants, finement arrangés pour une progression tout en puissance sereine qui soulage presque l’auditeur en même temps qu’elle semble soulager l’artiste. Et si le point de départ se veut être une terre désolée, le paysage fleurit finalement sous nos oreilles au fil d’une écoute qui a pour point d’orgue “Lion’s Tear”, morceau le plus déchaîné guidé par un synthé 80’s libérateur. Tout n’est ensuite que paix. Après avoir fait les premières parties de Pomme ou encore Pete Doherty, Refuge semble bien parti pour tenir la scène en tête d’affiche.

5 Révélation française 2020 : Michel

Apparu sous forme de petits teasers sur YouTube au milieu de l’année dernière, Michel pourrait au premier abord passer pour un gag. Un personnage sculpté dans le kitsch, à coup de fringues trop grandes et mal coordonnées, de coupe de cheveux mi-au bol, mi-dégradée. Une grande silhouette dégingandée qui agrémente ses clips d’incrustations cheaps et qui verse sans retenu dans l’eurodance de boîte de nuit pour quarantenaires en rase campagne. Le décalage apparent ne prive en rien de prendre pourtant sa musique au premier degré.

Et Michel remet rapidement les pendules à l’heure, avec une première série de clips qui dévoilent petit à petit la profondeur du personnage. Une course de quad sur une plage grise pour le mélancolique “Michel en PLS”, un public de club blasé pour “Michel en Ride” et le bonus d’un feat avec Sneazzy qui attire forcément un peu d’audience. Sa première mixtape Le Vrai Michel sortie en janvier dernier rassemble tous les aspects de la personnalité de son personnage, pas vraiment romantique mais toujours un peu mélo, pas vraiment orgueilleux mais toujours un peu dans l’égo. Rappeur dans la forme, chanteur désabusé dans le fond. Comme has-been avant le succès, déjà blasé sans avoir percé. Comment ne pas être curieux d’en découvrir davantage ?

6 Révélation française 2020 : Chasseur

Si la nouveauté de son projet le fait figurer dans cette liste, n’allez pas lui imputer l'inexpérience de la jeunesse. Chasseur, de son vrai nom Gaël Desbois, a déjà largement fait ses classes. Batteur pour Miossec, fondateur des groupes Mobiil et Del Cielo, le breton décide à 50 ans de se créer une nouvelle identité pour laisser s’exprimer ses envies plus synthétiques.

Revendiquées de New Order, ses inspirations pour ce nouveau projet tournent clairement autour d’une synth-pop incisive, à l’efficacité froide. Quatre premiers morceaux viennent teaser un album à paraître le 23 octobre prochain, et dessinent un univers où les claviers et percussions sont appelés à prendre en live une dimension plus imposante pour s’étirer dans des parties instrumentales plus vastes dans laquelle sa voix viendrait pointer comme à travers un brouillard.

7 Révélation française 2020 : Lujipeka

En équipe, il a déjà comblé les salles et prouvé qu’il était un showman en devenir. Poseur magnifique, faussement désintéressé de ce qu’il dégage, le rappeur Lujipeka, membre du collectif Columbine, est le premier à se lancer en solo après la fin du duo qu’il formait avec son ancien acolyte Foda C. Trois premiers extraits très différents permettent déjà de se faire une idée de ce qui nous attend à la sortie de son premier EP, décalé au 15 mai.

Le premier, “Ahou”, se place complètement dans la droite lignée des morceaux qu’il signait en solo sur le dernier album Adieu Bientôt de Columbine, dans un rap très pop et chanté sur un fond de piano propice aux rimes fleur bleue. Le second, “Palapalaba”, a le mérite de proposer une prod complètement inattendue sur laquelle Lujipeka semble se précipiter, avec un flow qu’on ne lui connaissait pas jusqu’alors. La 3ème, parue au début du mois de mars, le met en scène avec la quasi-intégralité du crew Columbine pour un titre à l’ancienne d’une efficacité redoutable. Si l’on devine déjà que la majeure partie de ces neuf nouveaux titres seront assez proches de ce qu’on connaissait de lui sur Adieu Bientôt, nous ne sommes pas à l’abri d’une petite surprise.

Commentaires

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black
Change Consent