7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

Recevoir la newsletter 7x7

De « post-vérité » à « empathie » : sept mots qui collent avec l’époque

Découvrir Par Eric Le Braz 29 janvier 2017

Kpanuoatdt5qhegszpcn

Verbes

Jane Bee
1 2 3 4 5 6 7

Aujourd’hui, le « chaos » s’installe dans un monde dirigé par le « populisme » et manipulé par la « post-vérité ». Face à cette société « bipolaire », on a besoin de « bienveillance » et d’« empathie » pour nous « réconcilier » avec nous mêmes… La linguiste Jeanne Bordeau conçoit chaque année des collages avec les mots les plus médiatisés.

Chaque décembre, elle s’enferme quelques jours avec colle, ciseaux, pinceaux et un stock de titres de journaux qu’elle a découpé depuis des mois et qu’elle assemble sur des tableaux. Et chaque janvier, elle expose le collage chahuté des mots les plus médiatisés.

Le reste de l’année, la linguiste Jeanne Bordeau dirige l’Institut de la qualité d’expression et invente des outils pour apprivoiser et améliorer le langage en entreprise.

Elle se définit comme styliste du langage et c’est un plaisir de l’écouter. Elle parle en formulant avec grâce de surprenantes anacoluthes (un mot qu’elle m’a appris), distillant des formules paradoxales à une vitesse phénoménale, tout en chantant légèrement.

Mais Jeanne Bordeau, c’est aussi Jane Bee, une artiste à l’œuvre saisonnière qui, au tournant de chaque année, fait son miel des mots les plus médiatisés qu’elle compile dans dix tableaux.

Nous avons sélectionné  de cette production sept mots emblématiques de 2016 qui sont toujours au top en ce début 2017. Car les titres de presse que Jane Bee a découpé puis assemblé, reflètent bien plus que l’actualité : ils signent l’époque.

Ils révèlent pour trois d’entre eux un univers dur, clivant, violent ; pour trois autres un désir de souffler un peu dans ce monde de brutes ; quant au dernier, il résume bien cette société coupée en deux… 

1 Le chaos ordonne le monde

Kehyhzqwsi0ohcgvvl6r
Jane Bee

Le chaos nous rend K.O. Jeanne Bordeau qui le prononce chaosss l’a placé  explicitement entre les coupures de presse « Nice », la « Colère », la « terreur », la « fachosphère ».

Mais le chaos n’est pas seulement le marqueur d’une année terrible, c’est aussi l’annonce de la suite : « Nous sommes passés en quelques années d’une crise économique à une crise de société », synthétise Jeanne Bordeau. Le chaos, c’est le mot qui introduit le mieux cette fin de décennie imprédictible.

2 Popularité du populisme

Hk627znihjr0jgqmvxke
Jane Bee

Collé sur la statue de la république, il n’a pas bonne presse, mais il triomphe partout : au Royaume Uni, aux Etats-Unis, aux Philippines. Le populisme est cocardier mais il n’a pas de frontières : il est né en Russie contre le tsar (avant le socialisme qu’il préfigure en partie) et aux Etats-Unis  contre les banques.

En France, ce fut d’abord un mouvement littéraire entre deux guerres « qui raconte vraiment la vie du peuple, les petits métiers, avec un souci de réalité, de vérité ».

Bref, le populisme, c’est un concept inventé par des élites qui, pour montrer au peuple qu’elles sont proches de lui, attaquent les élites.

Mais suivant les zones et les époques, il y a de multiples populismes. Avec le populisme de prospérité, « les gens ont peur de partager leur gâteau » (c’est la Scandinavie dans les années 70, la ligue du Nord, le brexit aussi). Avec le populisme anti austérité et anti partis, on est plus proche des victimes de la crise : en Grèce, en Espagne, en Italie. Il y a aussi le populisme identitaire de Hongrie ou de Pologne.

« Il peut être de gauche ou de droite. Peu importe. C’est dans tous les cas un rejet des structures traditionnelles ? C’est une autre façon de prendre le pouvoir. Vox poli, vox Dei : la voix du peule, c’est la voix de Dieu. Si vous parlez en son nom, vous possédez donc un argument massue. On ne peut pas vous reprocher de vouloir faire triompher la parole du peuple ».

Jeanne Bordeau inclut dans le populisme les "bonnets rouges" comme "Nuit debout", c'est ce qu’elle appelle un « populisme de terrain » : « Ceux qui animent ces mouvements affirment que eux, ils sont sur le terrain, ils sont dans la vraie vie ».

D’une certaine façon, ce mot péjoratif en 2016… devient mainstream en 2017. Tout le monde tient désormais ce discours « proche des gens ». Tous les candidats à la présidentielle affirment avoir écouté et rencontré les Français. On a pu même pu taxer Macron et ses militants En Marche ! qui vont au contact des gens, d’adeptes du populisme démocratique.

Si même les énarques deviennent populistes…

3 La post-vérité ou l’art du mensonge

N4ltn16to27mrtsqljns
Jane Bee

Post truth, c’est le mot de l’année  2016 choisi par l’oxford dictionnary. Définition par Jeanne Bordeau : « La post-vérité, c’est une situation dans laquelle l’opinion publique n’est plus influencée par les faits mais par les émotions et les croyances personnelles. ».

Grand adepte de la post vérité, Donald Trump s’est entouré de "post véritiens" de classe internationale comme son porte parole Sean Spicer, qui a affirmé  que  « la cérémonie d'investiture fut la plus grande en termes d'audience ».

Les photos prouvent le contraire, mais peu importe. La post-vérité relève de la croyance, pas de la raison.

Et même si tous les faits indiquent que la post vérité est un mensonge, peu importe : « Je pense que parfois nous pouvons être en désaccord avec les faits », a affirmé Sean Spicer lors d'une conférence de presse le 23 janvier.

Les faits deviennent donc alternatifs comme dans 1984, la dystopie d’Orwell dont les ventes ont été dopé par ce nouvel élément de langage

Au delà de cette dérive terrifiante de la post vérité, il y a aussi une tendance de fond qu’analyse Jeanne Bordeau : la montée de l’émotion au détriment de la raison : « La jurisprudence que provoque la conversation en ligne fait que cette expression populaire qui confirme le populisme  - tous les mots se renvoient les uns aux autres –, va faire monter le monde de l’émotion. La vérité est en évolution perpétuelle. Quand vous êtes dans un monde de mobilité, comment les choses peuvent-elle rester intangibles, fixes et indéboulonnables ? ».

La post-vérité, et c’est une arme redoutable, rassure dans un monde déboussolant. Si votre newsfeed de Facebook raconte un mensonge qui vous conforte dans vos opinions, vous allez forcément y croire… Avec les réseaux sociaux, on peut enfin prendre ses rêves pour la réalité, quitte à prendre des vessies pour des lanternes !

4 Bienveillant, un mot bienvenu

Rppnguuffrq3r5ggamd2
Jane Bee

« C’est un mot fort. Notre société cherche ce qu’elle pourrait partager de commun, décrypte Jeanne Bordeau. Oui, c’est bien que nous soyons plus libres jusqu’à l’outrance. Mais la bienveillance est à mes yeux une forme de compensation. Compensation dans une société qui marie trop souvent, trop aisément la satire, la dérision, le rire méchant. »

La bienveillance remplace aujourd’hui des mots dévalorisés comme gentillesse où naïf : « Car aujourd’hui, il ne faut pas être naïf ».

La bienveillance s’est d’abord instillée dans les entreprises. Le manager bienveillant est devenu un must de l’art du leadership. « Un collaborateur qui travaille avec un manager bienveillant travaille mieux, explique Jeanne Bordeau. Il va moins s’absenter. Il va donner du sens à ce qu’il fait. Il va avoir envie d’être plus créatif, d’être plus force de proposition ». Pour autant,  il y a toujours une hiérarchie et un chef qui tranche. Mais celui qui décide va aussi « protéger et apporter la paix ».

La bienveillance migre en ce moment des entreprises vers la politique. La présidentielle de 2017, se joue comme nous l’avons déjà souligné dans 7x7, entre intransigeants et bienveillants. Deux candidats revendiquent le concept. Emmanuel Macron en fait une marque de fabrique, Benoit Hamon un slogan. Jusqu’à Marine Le Pen qui souhaite « une France apaisée »...

5 On a plus que jamais besoin d’empathie

Ut2uchi94jziqlkkardh
Jane Bee

L’empathie prolonge la bienveillance pour Jeanne Bordeau : « Y a-t-il eu jamais autant besoin de comprendre l’autre ? Plus vous êtes dans la diversité et la différence, moins vous êtes dans les valeurs communes partagées... ».

Empathie est la définition la plus recherchée sur Google en 2016. Encore un concept managérial qui se diffuse dans la société. Après l’assassinat du prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray en juillet 2016, les témoignages d’empathie de chrétiens envers les terroristes et de musulmans envers les victimes en ont décontenancé plus d’un. C’est que l’empathie est une force.

6 Réconcilier même l’irréconciliable

Xt6yfdamrdhsql9cweqn

Au cœur du tableau sur les verbes de Jane Bee, il y a collés tous ces verbes en « Re ». Et l’un qui se détache et qui ne cesse de prendre de l’importance face aux adversités. Réconcilier s’est imposé comme le mot final de toutes les primaires et ce n’est pas un hasard : « A gauche comme à droite, il y a eu des troubles, une société difractée, morcelée. Les hommes politiques sentant cette société brisée ont beaucoup utilisé le mot réconcilier ». Même ceux qui théorisaient les gauches irréconciliables... ou qui se sont tapés dessus à droite

Mais après, si on est le réconcilié et pas le réconciliateur, il faut tout refaire et se réinventer pour repenser et reconstruire ce qui reste à réformer si on veut revivre. Ou sinon, il ne reste plus qu'à  se relooker pour se reconvertir...

7 Bipolaire, maladie du siècle ou symptôme d'un siècle malade ?

Vzz6tqbzkoykv7rwdgnp
Jane Bee

Encore un mot qui figure dans le top 7 des recherches sur Google en 2016. « Dans les RH, dès que les gens ne sont pas dans la bienpensance et la démagogie, on leur trouve des troubles de caractère, souligne Jeanne Bordeau. Ceux qui ne rentrent pas dans le moule deviennent bipolaires. Il ne faut pas que ces mots deviennent des insultes. Il y a un état d’abus d’utilisation des mots.  Utiliser trop vite ces mots, est ce le fait d’une société troublée et un peu malade ». A se demander si ce n’est pas le monde qui est devenu bipolaire...

8 7 + une expo mancelle

Vous avez raté l’expo des mots de Jeanne Bordeau dans une galerie face au jardin du Luxembourg à Paris... Vous pourrez vous rattraper les 11 & 12 mars au Mans à l’occasion de Dico Plaisir, le festival des amoureux des dictionnaires et du vocabulaire (Alain Rey est l’invité d’honneur cette année). Jeanne Bordeau est originaire de la Sarthe (son grand père a fondé l’entreprise Bordeau Chesnel que son père Bernard dirigeait).

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black

En vidéo

Plus d'articles dans Découvrir

Partager 50 Linkedin white 42 Facebook white Twitter white Email white Plus white