7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

Recevoir la newsletter 7x7

Primaire de la gauche : leurs gestes en disent autant que leurs discours

Décoder Par Laurent Philibert 19 janvier 2017

Rtpineszu5pmqv4kyw9a

Les gestes déictiques (qui n’utilisent que quelques doigts et souvent uniquement l’index) de Valls : un marqueur des débats du mâle dominant.

bertrand GUAY / AFP
1 2 3 4 5 6 7

Montebourg, Hamon, Valls, Peillon et les autres… Il y a ce qu’ils disent et il y a ce qu’ils montrent. Pour mieux vous focaliser sur leurs messages, décryptez leurs postures avec un pro de la prise de parole et du débat.

Spécialiste de la communication non verbale, Laurent Philibert est un comédien de formation qui intervient au sein du cabinet Personnalité pour conseiller les cadres et les dirigeants lors de leurs prises de parole. Il décrypte aujourd’hui pour 7x7 les gestuelles des candidats lors des débats de la primaire de la gauche.

Cette grille de lecture comportementale prouve, entre autres choses,  que les sept personnalités non-verbales des candidats à la primaire ne sont peut-être pas toujours en accord avec les gauches qu’ils veulent incarner...

1 «Le Marquis » Montebourg

Y95r4qd4gpmmvziriye7

Montebourg est un kinétographe : chez lui, le buste et les épaules viennent surligner le message.

Captue écran BFMTV

Le mètre 90 de l’élu de Saône-et-Loire, son visage carré surmonté de la plus belle crinière de l’offre masculine lui donne un avantage certain côté présence. Arnaud Montebourg occupe d’avantage le champ visuel que ses « petits » camarades par un effet de contraste fort. Seul Vincent Peillon boxe à peu près dans la même catégorie avec ses 1,85 m mais incarne pourtant un tout autre personnage. Il ne suffit pas d’être imposant pour être flamboyant. La famille gestuelle dominante de ses interventions en dit autant sur ses propos que sur lui. Il est ce qu’on appelle dans le jargon des spécialistes de la communication non-verbale un « kinétographe ». Kiné c’est le corps, le mouvement ; il illustre donc ses propos avec les mains tout comme ses adversaires mais pas que. Pour les « kinétographes » le buste, les épaules, les grimaces voire les genoux viennent figurer tout autant le message. Là encore cette famille de gestes lui confère un avantage télévisuel réel, celui de la conviction et de l’émotion. 

Quand nous le regardons, nous l’écoutons mais nous pouvons également ressentir ses vibrations. Sa personnalité se précise par sa signature sonore. Son articulation très soignée, des « a », des « al » et des « ai » ronds et graves et un sourire fréquent lui offrent toute la flamboyance des salons littéraires du XVIe siècle. 

2 « Le précepteur » » Hamon

Mxhhl07kgxfnw73feme6

Avec sa gestuelle « pictographe », Hamon  dessine d’un trait de crayon ses idées avec de petits gestes près du corps, très précis. 

Le syndrome Nixon lui donne une mine austère. Effectivement, cette barbe noire repoussant à la vitesse du bambou qu’il partage avec l’ancien président des Etats-Unis et que les maquilleuses ont peine à camoufler lui creuse le visage en le rendant sévère et anguleux. La posture de Benoît Hamon est droite,  parfaitement équilibrée et ses costumes cintrés, le tout projette une image monolithique. Cette posture lui confère de la solidité et de l’intangibilité. 

Maintenant que nous racontent ses mouvements ? Sa gestuelle est dite « pictographe », c’est-à-dire faite de petits gestes près du corps, très précis qui tentent de dessiner d’un trait de crayon ses idées. Nous sommes dans l’ultra détail, la volonté de respecter la moindre virgule, de rappeler constamment le besoin intransigeant de suivre la règle et la vérité. 

Le visage offre des demi-expressions. Seuls ses sourcils appuient ses messages, tout le reste du visage est dans l’économie de mouvement à cause d’une absence remarquable de sourire. Rappelons aux politiques de tous poils soucieux d'être des débatteurs « sérieux » que le sourire ne qualifie pas le contenu mais la connexion proposée. Ce comportement orthodoxe est parfois contrasté par un œil qui frise laissant apparaître par touches furtives un Benoît Hamon plus fun

3 « Le zadiste » Bennamhias

Opu1lyoymkg4gydo26g3

Sa gestuelle dite « idéographe » faite de grands gestes flous qui brassent de l’air est celle des poètes et des savants...

Certains lui trouvent des faux airs de Bourvil, d’autres de Simplet. Ce qui est incontestable c’est sa singularité parmi les candidats de cette primaire assez terne. Singularité recherchée si on s’en réfère à son choix de ne pas mettre de cravate. Une fantaisie qu’avait vite regrettée Bruno Lemaire en son temps. 

Ce qui est remarquable dans l’image projetée de ce bourlingueur de la vie politique c’est le désordre. Tout est continuellement en mouvement sans possibilité d'identifier un sens réel. Jean-Luc Bennahmias bouge, il gesticule, il ne sait où regarder. Il jongle avec la gestuelle « kinétographe » poussée à l’extrême, normalement plus l’apanage des comiques troupiers, et une gestuelle dite « idéographe ». Cette dernière est faite de grands gestes flous qui brassent de l’air, qui ne dessinent rien, ne pointent rien. Cette gestuelle est celle des poètes et des savants, de l’abstraction, des concepts, des grands titres. 

Un comportement qui donne un côté hors-sol à ses interventions. S’il n’y avait que son attitude, il passerait volontiers pour un chamane de la politique, un débatteur habité et visionnaire mais c’était sans compter sur son image sonore. Son articulation plus qu’approximative, ses chuintements à la Grosminet, ses fins de phrases avalées et ses mots non terminés transforment ce comportement brouillon en une image générale qui relève du gribouillis.

4 L’inspecteur d'académie Peillon

Cba4d43tnecxi7mugjuh

Son visage très mobile et expressif vient brouiller positivement une image globalement arrogante.

Le candidat surprise, l’inspecteur d'académie qui s’invite dans la classe des primaires. La posture de Vincent Peillon est une posture en extension. Un comportement qui consiste à hiérarchiser la relation en se faisant plus imposant que son adversaire. Pour lui, il s’agit de lever très régulièrement le menton, ce qui projette une image altière. 

Que se passe-t-il quand il s’anime ? Sa gestuelle est majoritairement autistique c’est-à-dire avec les paumes tournées et ses mains ne s’écartent jamais très loin de son corps. Gestuelle qui illustre normalement les discours égocentrés : « Pour ma part, moi je, je pense… » Cette image générale peu empathique est régulièrement amplifiée par un pincement de lèvre qui ajoute quelques touches de mépris. 

Son image sonore est moins ronde que celle de Montebourg, elle est plus métallique et précise, chirurgicale. Son visage très mobile et expressif  vient brouiller positivement cette image globalement arrogante en y ajoutant du ressenti et un certain engagement personnel.

5 Le normal Valls

Yl72d1xosrjy2bbmpzsb

 Le mâle alpha donne le "la" à l’attitude réglementaire du clan.

Le phénomène est très courant, le mâle alpha donne le " la " à l’attitude réglementaire du clan. Dès que Manuel Valls s’exprime plus ou moins officiellement, il se met alors à singer malgré lui les comportements du président normal. Son image est pourtant moins ronde, plus dynamique et moins maladroite que celle de François Hollande. Son visage est carré et ses sourcils sont fournis et droits ce qui donne à son regard un air préoccupé voire menaçant. 

En revanche, ces gestes déictiques (qui n’utilisent que quelques doigts et souvent uniquement l’index) pointent tantôt en oblique vers la droite, comme pour dire  « là-bas », tantôt en oblique vers la gauche comme pour dire « ou là ». Ces gestes sont souvent accompagnés d’un mouvement opposé de la tête. Main vers la gauche tête vers la droite et regard au centre. L’art de la synthèse des directions à suivre. 

Le tableau ne serait pas suffisamment hollandais sans y ajouter une image sonore hésitante par la présence de nombreux « euh » et hachée par un rythme télégraphique. Ce mimétisme comportemental sur un châssis plus dur et athlétique crée un sentiment de mutation plus que de filiation.

6 « La bonne élève » Pinel

Bnxwmlbtj1yia9gxcfk9

Mesurée et tout en retenue. La posture est droite, le menton est parallèle au pupitre.

Sylvia Pinel a tout de la première de la classe, de l’élève modèle. Mesurée et tout en retenue. La posture est droite, le menton est parallèle au pupitre. Les mains bougent avec modération. Ses sourcils sont immobiles tout comme ses lèvres. Ses yeux ont du mal à se fixer, le regard est flottant comme pour visionner sa leçon à l’instar de l’étudiant qui passe un oral. Son articulation est propre mais ne laisse que peu de place à l’expression de ses convictions tout comme cet accent truculent du sud-ouest qu’elle essaie malheureusement de camoufler. Sa voix est ronde et grave ce qui est un véritable avantage en communication. 

On sent également tout comme pour Valls la patte du président dans certaines séquences quand elle utilise ce geste très hollandais qui consiste à rassembler tous les doigts d’une main de manière inégale comme si on tenait un stylo pour écrire vers le haut. 

7 « L’officier » de Rugy

Ugiackacdpxqx016pqbm

Sa posture lui confère de l’autorité. A l’excès, elle peut devenir ennuyeuse. 

Il est droit, nickel, rien ne dépasse. Posture équilibrée, visage symétrique, les mains en rang, tout est sous contrôle. François de Rugy est le négatif de Bennahmias. Cette posture lui confère de l’autorité. A l’excès, elle peut devenir ennuyeuse. Sa gestuelle est dite « quantitative », c’est-à-dire qu’il cadre des volumes dans l’espace avec ses mains en miroirs, tout comme s'il voulait illustrer la largeur d’un objet ou son périmètre. Cette famille de gestes communique un sentiment de rigueur. Cette rigueur est amplifiée par la rectitude de la tranche de la main. 

Quelques émotions tordent de temps à autre son visage, malheureusement trop rarement pour laisser transparaître de la conviction. Son image sonore, nasillarde et aigüe effrite son côté droit dans ses bottes.

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black

Plus d'articles dans Décoder

Partager 100 Linkedin white 64 Facebook white Twitter white Email white Plus white