7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

Recevoir la newsletter 7x7

Quatorze 14 juillet

Savoir Par Valentin Lemaire 14 juillet 2017

Dbzzpr40yug5addirk2j

1989 : l'incroyable parade du bicentenaire par Jean-Paul Goude.

blogspot 14 july history
1 2 3 4 5 6 7

Le 14 juillet, ce n’est pas qu’un défilé militaire. Depuis plus de 200 ans, on célèbre aussi la révolution, les droits de l'homme et la concorde nationale. C'est aussi à ces symboles qu'on a voulu s'attaquer à Nice en 2016....

Difficile d’échapper aux bals des pompiers, aux feux d’artifices, aux défilés militaires et autres cérémonies nationales… le 14 juillet, c’est la star du calendrier français. Pourtant, ce symbole de la République a incroyablement évolué depuis la Fête de la Fédération en 1790, souvent en reflétant la trame politique de son temps. Le 14 juillet ne fut pas toujours un moment de liesse…. Et il est devenu le 14 juillet 2016 un moment d'horreur. Cet article avait été écrit avant l'attentat. Mais on mesure en le lisant que le terroriste de Nice n'a pas seulement foncé sur une foule sans défense, il s'est attaqué aux symboles du 14 juillet : l'armée bien sûr, mais aussi la révolution, les droits de l'homme et la célébration de la concorde nationale. La preuve par quatorze moments forts de notre Histoire. 

1 1789 : un mouvement spontané qui devient une date symbolique

Nrzqjetz3ktsmg1lc1wm

La première tête va bientôt tomber...

Si la prise de la Bastille est aujourd’hui reconnue unanimement comme un événement fondateur de l’Histoire française, cela ne semble pas évident au moment des faits. Ce jour là, de nombreux parisiens se rassemblent depuis quelques jours, mécontents de la misère grandissante du peuple et des échecs successifs du gouvernement. Face à la répression, une foule de 80 000 personnes cherche à s’armer, et après avoir récupéré des fusils aux Invalides, elle veut naturellement de la poudre et des balles, qu’on dit entreposés dans la prison de la Bastille. Le siège dure quelques heures et les morts se comptent surtout du côté des assaillants, mais le gouverneur du château se rend en échange de la vie sauve pour ses hommes et lui. Finalement les insurgés ne libèrent que 7 prisonniers (et en inventent un huitième imaginaire), et le roi écrira dans son journal pour ce 14 juillet 1789 le mot « rien ». 

Pourtant, cette péripétie marque la première victoire du peuple français face au pouvoir royal et deviendra un emblème républicain grâce à la fête de la Fédération un an plus tard…

2 1790 : le « vrai » 14 juillet éclipsé ?

Zxwdevljpi6xg17aqhr0

A l'époque, on pouvait regrouper plus de 300.000 personnes sur la fan zone du Champ-de-Mars.

Charles Thévenin -musee Carnavalet

Ce que nous fêtons tous les ans lors de la fête nationale n’est pas à proprement parler la prise de la Bastille mais bien la Fête de la Fédération, contrairement à ce que l’on pourrait penser. En effet, dans une France devenue une monarchie constitutionnelle, l’Etat cherche à mettre en place des symboles pour rassembler le pays. Or l’anniversaire de ce qui a été la première victoire de la Révolution semble parfait pour représenter l’unité nationale

Le 14 juillet 1790 est alors organisée à Paris un gigantesque rassemblement sur le Champ-de-Mars à Paris, auquel assistent 260.000 Parisiens dans les tribunes, s’inspirant de celle ayant eu lieu à Lyon le 30 Mai. Le Roi Louis XVI est présent en compagnie des 83 députés élus, renvoyant une image, effective ou non, d’un Etat soudé, s’appuyant sur les valeurs de la tradition pour avancer vers plus de démocratie. Déjà à cette époque on retrouve la forme d’un défilé militaire d’environ 100 000 fédérés commandés par  La Fayette, et on veut provoquer un sentiment d’exaltation nationale d’une foule subjuguée.

3 1880 : Fête nationale, la renaissance

A7nacnlpmo40p2q3gngr

En 1880, on a profité du 14 juillet pour inaugurer la statue de la République, aujourd'hui chère à NuitDebout (esquisse d'Alfred Roll). 

La date est effacée du cadre officiel pendant plusieurs décennies royalistes et impériales… mais le 14 juillet refait surface lors de l’apogée de la IIIe République. Sous l’Empire, la Fête nationale avait été remplacée par le jour de la saint Napoléon (le 15 aout), et l’anniversaire de la prise de la Bastille n’est plus commémorée que clandestinement. Le 14 juillet semble avoir été jeté aux oubliettes puisque même lors de l’avènement de la IIe République, le 4 mai est choisi comme fête nationale (jour de la proclamation de la République par l’Assemblée nationale constituante). Cette dernière ne fait pas long feu puisque Louis-Napoléon Bonaparte choisit la même date que son oncle pour fêter la nation.

Pourtant en 1880, la France reprend un chemin qui semble suivre les idéaux de 1789.  Une année après que la chambre des députés ait acquis une majorité républicaine pour la première fois depuis la fondation de la IIIe République, le 14 juillet est réinstauré comme fête nationale, avec le projet de loi de Benjamin Raspail (maintenant vous saurez qui est Raspail en prenant la ligne 4 ou la 6 du métro parisien) promulgué le 6 juillet. Ce n’est cependant pas seulement la prise de la Bastille qu’on commémore officiellement mais la Fête de la Fédération. Dans un pays où demeurent de nombreuses tensions entre Républicains, Monarchistes et Bonapartistes, et même entre opportunistes républicains et radicaux, il fallait trouver aussi un des rares moments d’unité nationale.... 

4 1919 : Un défilé bleu horizon

Jo8dlzpqxg0zpdqaisnj

Un défilé entre deux mondes : les tankistes paradent encore lance à la main...

Première Fête nationale après l’Armistice, ce 14 juillet va au delà d’une simple célébration nationale. C’est d’abord un défilé des Français vainqueurs. Les maréchaux Joffre et Foch menant le bal, suivis des armées alliées puis française, et ils sont précédés des mutilés de guerre censés illustrer la bravoure et le dévouement à la patrie. Le Figaro de l’époque est lyrique à souhait : « D'abord viennent les mutilés, marchant et trébuchant dans leur gloire, et dont les bras et les jambes sont restés là-bas, un peu partout, en Alsace, en Champagne, en Lorraine, dans les Flandres. Ils n'ont pas d'uniformes. Leur uniforme, c'est de ne pas être complets ». 

L’Héroïsme est mis en exergue mais un voile macabre plane sur ce défilé puisqu’on ne peut oublier le million et demi de disparus pour cet idéal national. On ne peut les oublier, mais on célèbre d’abord les vainqueurs : « Ils ont sauvé le monde. », écrit sobrement Le Figaro.

5 1935 : la bande annonce du Front populaire

Buvinhce07ose5zpuk8x

L'amorce du Front populaire dans les rues de Montrouge.

Le 14 juillet 1935, la porte de Vincennes est submergée par une marée humaine de près de 500 000 manifestants qui veulent défendre leur pays face aux ultras. Les ligues d’extrême droite rassemblent de plus en plus de partisans et quelques jours plus tôt, Pierre Laval est devenu président du conseil. Il a aussitôt obtenu l’autorisation de gouverner par décret-loi, (une sorte de 49-3 permanent), ce qui fait bondir cette foule de Parisiens.

Le cortège n’oublie pas l’aspect national du rassemblement puisque le cérémonial reproduit celui de la Fête de la Fédération de 1790 et que les 48 cortèges promènent une banderole qui annonce qu’ils jurent “ de rester unis pour désarmer et dissoudre les ligues factieuses, pour défendre et développer les libertés démocratiques et pour assurer la paix humaine”. Cette date préfigure le 14 juillet de l’année suivante où défileront, officiellement unis par le Front populaire, Blum, Thorez et Daladier..

6 1953 : Au cœur des tensions franco-algériennes

Hnycnxiyp8psuprhzhpt

Avant Charonne et le massacre du 17 octobre 1961, le 14 juillet 1953 fut la première ratonnade à balles réelles de la police française.

En l’année 1953, marquée par des violences policières à répétition et l’affirmation de plus en plus pressante des mouvements indépendantistes algériens, cette Fête Nationale, aujourd’hui effacée des esprits, tourne au drame. Des membres du Mouvement pour les Libertés Démocratiques en Algérie (MLTD), participant à un défilé aux côtés du PCF et de la CGT, sont pris à partie par les forces de l’ordre, des heurts s’en suivent et la police tire alors sans sommation sur les manifestants. Six Algériens et un Français sont tués, ce qui en fait l’événement le plus sinistre survenu lors d’un 14 juillet (jusqu'au tragique attentat de Nice en 2016), malgré son occultation rapide par les massacres survenus en 1961 et 1962.

7 1989 : Une célébration monumentale

Le 14 juillet le plus mégalo depuis l790...

L’année 1989 est une occasion en or pour François Mitterrand de marquer son temps en célébrant l’Histoire. Le Bicentenaire de la Révolution est préparé minutieusement depuis plusieurs années. Deux évènements sont prévus le même jour : en plus du défilé militaire bien plus garni que d’habitude, et qui attire une foule massive de spectateurs, se déroule une immense parade mise en scène par le styliste Jean-Paul Goude. Appelée la Marseillaise, celle-ci dure trois heures et présente des tableaux grandiose avec des milliers de figurants vétus de costumes délirants. Cette volonté paradoxalement toute monarchiste d’impressionner la population par des réalisations culturellement puissantes caractérise le mandat du président socialiste. La même année ont été inaugurés la Pyramide du Louvre, l’Opéra Bastille et la Grande Arche de la Défense…

8 7 + 7 autres 14....

8. Le 14 juillet devient clandestin en 1800… jusqu’en 1848. La Saint-Napoléon (le 15 août) devient  fête nationale.

9. En 1890 centenaire de la Fête de la fédération : il a été plus célébré que le centenaire de la Prise de la Bastille… contrairement à ce qui se passera pour le bicentenaire. C’est le début des bals populaires et des défilés aux lampions.

10. Le 14 juillet 1945, la libération de la France. Cette année-là, affirme le Général de Gaulle le 14 juillet est "plus que jamais fête nationale puisque la France y fête sa victoire, en même temps que sa liberté"

11. En 1974 Giscard fait défiler, comme la CGT,  entre Répu et Bastille : c’est un retour aux sources. Puis, le défilé passera les années suivantes sur le cours de Vincennes, les Champs-Élysées l’École militaires, à nouveau entre République et Bastille. Mitterrand plus tradi, restera sur les Champs comme ses successeurs.

12. Fête nationale avec toute l’Europe en 2007. Pour son premier défilé, Nicolas Sarkozy a voulu marquer les esprits en faisant parader les armées des 27 pays membres de l’Union

13. En 2010 défilé avec les troupes d’anciennes colonies  pour célébrer le cinquantenaire de leur indépendance. La presse africaine a diversement apprécié… 

14. Enfin en 2016, défilé avec les armes du futur et commémoration de la bataille de la Somme... avant que la Fête ne soit ternie par l'horreur de l'attentat de Nice

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black

Plus d'articles dans Savoir

Partager 6 Linkedin white 75 Facebook white Twitter white Email white Plus white