7x Anticiper 7x Inspirer 7x Décrypter 7x Savoir 7x Faire 7x Recommander 7x Surprendre
Recevoir la newsletter 7x7

7 innovations TECHNO pour lutter contre le CORONAVIRUS

Anticiper Par Julie Gielen 11 avril 2020

7 innovations TECHNO pour lutter contre le CORONAVIRUS
pixabay
1 2 3 4 5 6 7

Alors que l’épidémie de coronavirus est à l’origine du confinement de plus de la moitié de la population mondiale, les technologies se multiplient pour y faire face. Entre robot à ultraviolets, Whatsapp gouvernementaux, drones policiers et télé-consultations via facecam : la pandémie de COVID-19 agit comme un véritable catalyseur technologique.

À Marseille, à Paris ou encore à Nice, les passants pris en flagrant délit de regroupement sursautent encore d’être rappelés à l’ordre par un drone. Ce n’est pourtant là qu’un exemple parmi d’autres de l’investissement sans précédent dont font l’objet certaines technologies en ce moment. Drones, robots, ballons flottants, réseaux sociaux ou encore télé-consultations : nombreux sont les domaines qui profitent de la crise du Covid-19 pour faire un bond en avant. Mais pour combien de temps ?

Comme souvent, les développements technologiques rapides posent question. La légalité de certaines applications interroge. Le respect des données personnelles reste au centre des préoccupations. Aucune avancée technologique n’est acquise. Il serait pourtant dommage que certaines habitudes prises à cause de l’épidémie ne perdurent pas, une fois la crise passée.

1 Technologie : Détecter et supprimer le coronavirus

7 innovations TECHNO pour lutter contre le CORONAVIRUS

Les caméras thermiques pour lutter contre le COVID-19

unsplash / chuttersnap

De tous les secteurs montés au front technologique pour faire face à l’épidémie de coronavirus, l’hôtellerie-restauration se démarque particulièrement. Les hôtels américains sortent ainsi du lot en investissant dans les robots virucides. C’est le cas, par exemple, du groupe Mariott, qui utilise le robot “LightStrike” dans certains de ses centres de fitness. 

Le “Lightstrike” est un robot qui diffuse des ultraviolets pour venir à bout des virus, des microbes et des moisissures. Son utilisation fait écho à l'explosion de la demande de robots désinfectants. Une progression que constate aussi la société danoise UVD Robots, qui a vu ses ventes flamber ces deux derniers mois, notamment en Chine. Un domaine de plus où la robotique pourrait changer les choses.

Les hôteliers ne s’arrêtent pas là. Le groupe américain Wynn Resorts a pris le parti, avant le confinement, d’utiliser des caméras thermiques pour contrer le coronavirus. Objectif : scanner les entrées des employés et des clients pour identifier les personnes fiévreuses. La fièvre est effectivement un des symptômes les plus courants du Covid-19.

2 Technologie : Communiquer malgré le confinement

7 innovations TECHNO pour lutter contre le CORONAVIRUS

Une technologie de ballons 4G pour le Kenya en confinement

Unsplash / sutirta budiman

On devine déjà, en France, les changements qu’implique le confinement pour l’économie du pays. La situation est bien pire, cependant, dans les pays où les infrastructures web ne sont pas aussi développées que les nôtres. C’est notamment le cas du Kenya, où le président Uhuru Kenyatta peine à faire respecter le confinement dans certaines zones du pays. 

Pour parer aux conséquences économiques et humaines de l’assignation à résidence, Uhuru Kenyatta a accéléré la validation d’un projet dans les tuyaux depuis 2018. Il s’agit du programme “Loon”, qui prévoit le lancement de ballons connectés dans l’ensemble du territoire kényan. Celui-ci entend ainsi garantir la 4G aux territoires les plus reculés du Kenya. C’est par ailleurs le géant Google qui dirige les opérations. 

Derrière ce projet audacieux, se cache l’idée qu'une connexion internet est indispensable pour fonder une entreprise, mais aussi pour télé-travailler ou pour assurer la scolarité des plus jeunes. Ces énormes ballons flottants ont ainsi déjà été utilisés par le passé. Le Pérou et Porto Rico en ont profité gratuitement lors de précédentes catastrophes naturelles.

3 Technologie : Identifier et punir les contrevenants au confinement

7 innovations TECHNO pour lutter contre le CORONAVIRUS

Des drones pour lutter contre la diffusion du covid-19

Unsplash / Aditya Chinchure

Les services de police de France et de Chine ne sont pas en reste quand il s’agit de mettre la technologie à profit pour mener leurs missions à bien. La gendarmerie française s’inspire ainsi des pratiques policières chinoises pour envoyer des drones survoler Paris, Marseille ou Nice. Ces outils de survol couvrent également des zones rurales et côtières. Les équipes au sol ne suffisent effectivement pas à quadriller d’aussi vastes espaces. 

La Chine se sert de ses drones pour verbaliser les contrevenants au confinement. Elle n’hésite pas à identifier les visages de ses citoyens peu scrupuleux par reconnaissance faciale. Un procédé que la gendarmerie française se garde bien d’imiter. 

Nos forces de l’ordre se servent des drones à titre préventif. Elles profitent ainsi des rues désertiques et de l'absence de trafic aérien pour les faire voler en diffusant des appels à rester chez soi. Les drones peuvent également servir à identifier les comportements qui nécessitent une intervention locale. Dans l’ensemble, cependant, la stratégie permet surtout d’éviter les contaminations potentielles de gendarmes.

À voir aussi : 8 photos de drones époustouflantes

4 Technologie : Consulter et se soigner du coronavirus

7 innovations TECHNO pour lutter contre le CORONAVIRUS

Le boom des téléconsultations avec le Covid-19

Pexels / Negative Space

Avec la pandémie de Covid-19, les innovations santé pleuvent. Les télé-consultations ont notamment augmenté de 10% en France depuis le début de l’épidémie. Cet attrait soudain tranche avec le peu d’entrain qu’avaient montré les patients pour ce type de pratiques jusqu’ici. Il faut dire que le gouvernement encourage dorénavant les télé-consultations. Celui-ci a effectivement assoupli les modalités pour y avoir recours. 

Le ministre de la Santé fraîchement nommé, Olivier Véran, a ainsi annoncé le 8 mars 2020 que les potentiels malades du coronavirus devaient dorénavant préférer les télé-consultations aux appels du SAMU. Le ministre souhaite réserver cette dernière option aux personnes fragiles et à risque. Il autorise, par ailleurs, toutes les technologies disponibles aux vidéo-transmissions. Un parti-pris qui loge à la même enseigne Doctolib, DocAvenue, Qare, Médecindirect, mais aussi FaceTime, Whatsapp et Skype.

Pour faciliter cette démarche encore nouvelle pour les Français, Olivier Véran invite tous les patients à profiter de la télé-consultation même sans médecin traitant et sans connaître le télé-consultant. C’est là tout l'objet du décret du 9 mars 2020.Un décret qui tranche, par conséquent, avec la législation de 2018. Celle-ci obligeait le patient à connaître le télé-consultant depuis plus de 12 mois pour prendre rendez-vous. Reste à savoir si ce changement radical dans les habitudes des Français perdurera au-delà de la crise du COVID-19.

5 Technologie : Maintenir le lien social malgré le COVID-19

7 innovations TECHNO pour lutter contre le CORONAVIRUS

Les technologies de visioconférence boostées par le covid-19

Unsplash / Alok Sharma

L’épidémie de coronavirus en cours a eu comme fâcheuse conséquence d’empêcher les rencontres physiques entre proches et entre collègues. Par voie de conséquence, elle a donc heureusement aussi boosté l’utilisation d’applications de visioconférences

Pour les réunions de travail, mais aussi pour les cours en ligne, les réunions familiales ou encore pour les cérémonies religieuses, Zoom.us se détache de la masse. L’application a multiplié par 4 le nombre de ses téléchargements ces deux derniers mois, pour se dresser parmi les 10 applis iOS les plus utilisées au monde. 

Zoom.us concurrence donc HangoutMeet, la plateforme Google, et Skype, le doyen des logiciels de visioconférence. Toutes les applis de visioconférence profitent en fait globalement d’un regain d'intérêt. La solution française Klaxoon en profite tout autant que Whereby. 

Même l’Etat français prend d'assaut les technologies de télécommunication. Après l’Organisation Mondiale de la Santé, le gouvernement d’Emmanuel Macron se lance lui aussi sur Facebook Messenger et Whatsapp. Des chatbots y ont la lourde tâche de répondre aux questions des Français à propos du Covid-19. Ces deux services permettent ainsi d’avoir un résumé de la situation française, mais aussi des recommandations sur la façon de se protéger pendant la pandémie.

Avec le confinement, les entreprises font évoluer leurs organisations et modes de fonctionnement.  Certaines entreprises font également appel à des plateformes de téléprospection pour continuer de développer leurs activités en l'absence de force commerciale sur le terrain, comme par exemple, JobPhoning

Cette plateforme met en relation des entreprises qui souhaitent sous-traiter leur téléprospection avec des télé-prospecteurs indépendants. A la clé, la plateforme permet aux entreprises de réaliser des économies sur les frais généraux, de maintenir l’activité commerciale et procure ainsi un avantage concurrentiel sur un marché où l’intensité concurrentielle est forte.

Côté Détente, House Party, racheté en Juin 2019 par Epic Games (éditeur du jeu Fortnite) se dresse également dans le top 10 des applis iOS les plus téléchargées. La plateforme permet ainsi d’organiser des apéros virtuels et de jouer entre amis.

6 Technologie : Livrer les hôpitaux et l’hôtellerie restauration malgré le coronavirus

AFP

La pandémie de Covid-19 se dessine comme une occasion d'accélérer les déploiements technologiques qui n’avaient besoin que d'un coup de pouce pour éclore. C’est le cas, en Chine, des “robots de service” du géant Alibaba. Celui-ci développe effectivement depuis 2018 des robots “SpaceEgg” destiné à l'hôtellerie restauration. Ces employés robotiques se dressent comme un prélude de ce à quoi pourraient ressembler les restos du futur.

Les robots SpaceEgg ont, initialement, l'objectif de libérer du temps au personnel hôtelier. Ils réalisent ainsi le transport des repas des cuisines aux chambres, ainsi que celui du linge. Avec l’épidémie de Covid-19, ces robots gagnent encore des points, vu qu’ils permettent aussi d’éviter les contacts entre les agents de service et les clients. Alibaba se voit donc propulsé au centre de la lutte contre l’épidémie. 

De la même façon, les hôpitaux chinois ont massivement recours à la robotique pour affronter le coronavirus. Ceux-ci ont pour but de répondre à la fois au manque de personnel soignant et au besoin d’éviter les contacts humains. Certains robots, comme Thor-1, s'utilisent ainsi pour pulvériser du désinfectant. D’autres servent d’infirmiers et délivrent des médicaments, prennent la température, ou livrent du matériel médical.

7 Technologie : Faciliter le suivi des personnes contaminées par le coronavirus

7 innovations TECHNO pour lutter contre le CORONAVIRUS

Une appli européenne pour suivre les contaminés du COVID-19

Unsplash /engin akyurt

Une récente étude chinoise tend à prouver que les malades du coronavirus restent plus longtemps contagieux que ceux de la grippe. Pour faire face à ce nouveau défi, une équipe de 130 chercheurs européens se construit en ce moment. Celle-ci doit concevoir des applications dites de “contact-tracing”. L’idée : remonter l’historique des déplacements des “COVID+” pour prédire les nouvelles contaminations. Ce logiciel s’inspire ainsi directement de l’application singapourienne “Trace Together”.

La plateforme qui réunit ces chercheurs, la PEPP-PT (“Pan-European Privacy Preserving Proximity Tracing”), laisse également entrevoir la possibilité d'accélérer les déconfinements. Le suivi des contaminés doit effectivement permettre de laisser circuler les habitants de certaines zones. L’application a donc des enjeux sanitaire et économique de taille.

Autre bonne nouvelle, cette appli devrait utiliser la technologie Bluetooth des smartphones pour assurer le respect de l’anonymat. Seuls les contaminés volontaires pourraient par ailleurs être suivis. La solution utiliserait donc les données de localisation dans le parfait respect du RGPD, le règlement européen sur la protection des données personnelles.

Commentaires

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black
Change Consent