7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

Recevoir la newsletter 7x7

7 raisons d'applaudir les supporters irlandais

Décoder Par Charlotte Laurent 23 juin 2016

Dmnh7ubpnbpcoojsyvv2

Leur gouaille est un délice.

AFP
1 2 3 4 5 6 7

La France est tombée amoureuse de la Green Army. Exemplaires, les supporters irlandais auraient presque mérité que leur équipe remporte cet Euro 2016. S'ils ne repartiront pas avec la coupe, le prix du cœur, lui, est déjà gagné.

Les dérapages violents ? Très peu pour eux. Les supporters irlandais sont les rois de l'ambiance de cet Euro 2016. Ils sont près de 70 000 à avoir fait le déplacement et se sont illustrés pour leur comportement irréprochable et leur bonne humeur. 

"C’est un peuple fondamentalement gentil, décrypte la Franco-Irlandaise Danielle McCaffrey, rédactrice en chef de l’excellent magazine NEON. Ils sont très humbles, très modestes. Ils ont cette humilité en eux." Rien à voir avec les English, leurs hooligans et leur orgueil : "Les Anglais ont dominé le monde et ils ont toujours besoin de gagner." Les Irlandais, eux, n’ont jamais conquis personne (à part nos coeurs) et ils sont bons perdants. "Ce qui ne les empêche pas d’être chauvins, poursuit Danielle McCaffrey, mais pas nationalistes…"

Le sens de la fête communicative, le craic en irlandais, de ces "boys in green" sera même récompensé comme il se doit : Anne Hidalgo a annoncé ce mardi 28 juin à la fan zone de la Tour Eiffel qu'elle remettrait aux supporters irlandais la médaille de la ville de Paris. Elle en a d'ailleurs informé Michael D. Higgins, le président de la République d'Irlande. Et de le justifier en expliquant qu'ils se sont distingués par leur "bonne ambiance" et ont été "exemplaires dans leur esprit sportif". Elle n'a pas tort. La preuve en sept points.

1 Ivres, ils sont bons joueurs

Avec leurs rivaux footballistiques, c'est avec des hymnes, des tubes pop et des slogans rigolos que les supporters irlandais se battent… pas avec leurs poings. Une fois dans la rue pour la troisième mi-temps, ils préfèrent rire, danser et chanter que se castagner. Après avoir fait la fête avec les Croates (1-3), ils ont chanté du ABBA à tue-tête avec les Suédois (1-1) dans une atmosphère bon enfant. Un accordéoniste du métro parisien a même réussi à les faire danser sur un French cancan. "Tout le monde apprend à danser et chanter à l'école", raconte Danielle McCaffrey. Les Russes et les Anglais feraient bien d'en prendre de la graine... 

2 Ivres, ils sont écolos

Quand ils picolent des bières sur les pelouses bordelaises avant leur match contre la Belgique, les Irlandais n'oublient pas de… nettoyer derrière eux ! Et parce qu'ils ne manquent jamais une occasion de s'ambiancer (oui, ce terme existe et est entré dans le dictionnaire cette année), c'est en chanson, sur le rythme d'un "Clean up for the boys in green" que les supporters irlandais ont ramassé détritus et bouteilles vides. Preuve que respecter l'environnement, ce n'est pas boring.

3 Ivres, ils s'époumonent

Vous aussi vous vous trémoussez sur le tube officieux de l'Euro 2016 "Will Grigg's on Fire" – reprise de "Free from desire" de Gala – sans même savoir qui est ce fameux Will Grigg ? Normal, c'est un attaquant remplaçant de l'équipe d'Irlande du Nord. Il n'a même pas foulé le terrain une seule minute depuis le début de l'Euro. Mais il est devenu une star grâce à un Anglais de 26 ans, Sean Kennedy alias DJ Kenno. Son hymne est repris par tous, y compris les Irlandais – qui adorent pousser la chansonnette – entre deux "Stand up for the boys in green".

4 Ivres, ils sont serviables

Une roue à changer ? La Green Army est à votre disposition. Et s'ils abîment par mégarde votre voiture, soyez sûr qu'ils glisseront des billets par le joint d'étanchéité des vitres du véhicule, pour vous donner les moyens de la réparer. Grande classe. Mais les Irlandais ne sont pas que mécanos, ils sont aussi de formidables baby-sitters. En témoigne cette vidéo dans un tramway bordelais, où une dizaine de supporters ont entonné une berceuse pour endormir un bébé, obligeant le reste du wagon à baisser d'un ton : "Chuuuuuuuut".

5 Ivres, ils n'ont peur de rien ni personne…

…Ni de la police, qui tentait de déloger des supporters irlandais de sous un tunnel à Bordeaux et qui ont eu droit à un tonitruant "Stand up for the French police" avant d'eux-même tenter un "Go home for the French police". Ni même d'une religieuse croisée dans le TGV, à laquelle les "boys in green" ont récité le Notre Père… en chanson !

"Il y a un respect de l'uniforme  en Irlande, décrypte Danielle McCaffrey, la rédactrice en chef de NEON, et un profond respect des institutions, y compris de la religion. Les Irlandais restent de culture catholique. Tout le monde a un prêtre dans sa famille."

6 Ivres, ils sont drôles

Si les supporters irlandais aiment partager leur joie avec leurs adversaires, ce n'est pas sans humour. La preuve avec le désormais fameux "Go home to your sexy wives" scandé aux Suédois après la fin du match qui les opposait.

7 Ivres, ils nous aiment

Ce Parisien sur son balcon ne pensait pas devenir la Juliette de ces Roméo d'Irlandais. Pourtant, la foule verte en liesse lui a crié son amour à chaque fois qu'il posait le pied sur ledit balcon. Et Carla, une Royennaise de 19 ans, se souviendra longtemps avoir été courtisé dans les rues de Bordeaux par une bonne centaine d'Irlandais lui chantant la sérénade. Voici donc l'heure de vous dire que, nous aussi, on vous aime <3.

8 7 + 1 manière de leur rendre la pareille

Grâce à une chaîne de solidarité girondine, un jeune supporter irlandais en situation de handicap a pu assister à Irlande-Italie avec un drapeau "Jamie on tour", dont l'original lui avait été volé.

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black

Plus d'articles dans Décoder

Partager Linkedin white 37 Facebook white Twitter white Email white Plus white