7x Anticiper 7x Inspirer 7x Décrypter 7x Savoir 7x Faire 7x Recommander 7x Surprendre

Recevoir la newsletter 7x7

Retour sur 7 faits marquants de la Coupe du Monde 2018

Décrypter Par Robin Servais 20 juillet 2018

Mxdlwibk1hmi9urqqwza

La coupe du monde est française !

twitter / Équipe de france
1 2 3 4 5 6 7

La Coupe du monde 2018 vient de s’achever en apothéose avec la victoire des Bleus pour la seconde fois de leur histoire. Si c’est bien sûr l’événement de cette Coupe du Monde, d’autres faits marquants ont pimenté cette 21ème édition de l’épreuve reine du foot. La preuve par 7. 

On n'entend plus parler que de ça. Les Bleus ont ajouté une deuxième étoile sur leur maillot, entraînant une liesse populaire inoubliable dans tout l'Hexagone. Cette Coupe du Monde en Russie a marqué l’histoire, pas seulement du sport français, mais celle de notre pays. Il est des Coupes du Monde que l’on préfère oublier ou d’autres qui ne sont pas restées dans nos mémoires. Et pourtant, depuis 1930, chacune d’entre elles a apporté son lot d’évènements marquants, d’innovations, sur le terrain ou en dehors. Et cette Coupe du Monde 2018 n’a pas fait exception à la règle. Voici 7 raisons pour lesquelles on aurait tort de ne se souvenir que de la victoire de la France dans cette Coupe du monde. 

1 Mondial 2018 : L’arbitrage vidéo

Zt70wsozllpnthv3zplm

L'arbitrage vidéo a permis de régler plusieurs situations litigieuses

H24info

L'édition 2014 au Brésil avait vu l’instauration de la technologie sur la ligne de but, permettant de savoir si un ballon avait franchi entièrement la ligne. Reconduite cette année, cette technologie a été accompagnée en Russie d’une révolution pour le football : l’arbitrage vidéo. Testée dans les matchs amicaux ces dernières années, ce procédé permet d'éviter les erreurs arbitrages, assez récurrentes dans le passé (nous vous en avions donné la preuve par 7 récemment). Utilisé à 17 reprises pendant la compétition, l’arbitrage vidéo aura permis aux arbitres de prendre plus de temps, pour des décisions plus justes. Alors que le football était l’un des rares sports à ne pas encore bénéficier de l’arbitrage vidéo, le système va désormais s’installer durablement dans le monde du ballon rond, avec une mise en service dès le mois d’août dans le Championnat de France.

Quant à nos Bleus, ils peuvent dire merci à l’arbitrage vidéo. Grâce à lui, un penalty a été accordé aux Français lors du premier match contre l’Australie puis un autre lors de la finale. Enfin, le système a permis à un arbitre de ne pas se faire avoir par l’une des nombreuses simagrées ridicules de Neymar (voir plus bas).

2 Mondial 2018 : Les matchs en réalité virtuelle

Uozwaz7jud4a1uesmhu6

La coupe du monde comme si vous y étiez

Mytf1

Nous l’avons vu récemment dans 7x7, la réalité virtuelle arrive peu à peu dans notre quotidien. Si il est possible de créer des reportages avec des prises de vue à 360°, cette technologie s’est également retrouvée au coeur de la Coupe du monde. Après avoir mis en place ce système pour le tournoi de Roland-Garros, la start-up LiveLike a créé une application pour regarder les matchs de football en réalité virtuelle comme si on y était. Cela est rendu possible grâce à trois caméras filmant à 180° et permettant de regarder les matchs avec 3 angles de vue différents : depuis une loge VIP et derrière les deux cages. LiveLike, créée par des Français, était partenaire technologique de la FIFA, qui elle vendait les droits de diffusion aux diffuseurs de la compétition, dont TF1. On en oublierait presque nos regrets de n’avoir pas pu être en Russie.

3 Mondial 2018 : La déroute de l’Allemagne

Vfortagyhaqvs2ibhqb4

En Russie, les Allemands ont tout fait de travers

pixabay / alexas_photos

Passées ces quelques innovations technologiques, la Coupe du Monde 2018 ne sera pas oubliée de sitôt du point de vue sportif. Et les surprises furent nombreuses... À commencer par la plus marquante d’entre-elles. Après la France en 2002, l’Italie en 2010 puis l’Espagne en 2014, il n’était pas possible d’imaginer l’Allemagne, tenante du titre, sortir dès le premier tour, pas cette équipe ! Et pourtant. Après une surprenante défaite face au Mexique en ouverture (0-1), les Allemands avaient montré la rage de vaincre lors de leur deuxième match contre la Suède, pour une victoire arrachée par 2 buts à 1. On avait retrouvé la Mannschaft ! Tant mieux pour la qualité du football, un peu moins,  le pensait-on, pour les équipes qui allaient croiser la route de Manuel Neuer et ses coéquipiers. Mais les minutes les plus surréalistes de cette Coupe du Monde vont survenir à la fin du match contre la Corée du Sud. Les Coréens, dominés sans être menés, inscrivent deux buts dans le temps additionnel, renvoyant prématurément les champions du monde chez eux. Incontestablement la plus grosse surprise de cette coupe du monde. 

4 Mondial 2018 : Des records et des situations inédites

Cqmrnayqxxuw9hxbrar9

À 19 ans, Kylian Mbappé est devenu l'un des plus jeunes vainqueurs de la Coupe du Monde... et a battu des records de vitesse !

Twitter / kylian Mbappé

Chaque Coupe du Monde amène son lot de records ou de faits aussi surprenants les uns que les autres. Il n’y a pas eu d’exception en Russie mais les surprises ont débuté avant le tournoi. Lors du tirage au sort des groupes, effectué au mois de décembre, des participants historiques manquaient à l’appel tels que les Pays-Bas (trois fois finalistes) ou l’Italie (quatre fois championne du monde). L’hécatombe autour des pays expérimentés devait se poursuivre au premier tour avec l'élimination sans gloire de l'Allemagne.  Puis ce furent l’Espagne et le Brésil, désignés comme principaux favoris, qui ne réussirent pas à respectivement dépasser les huitièmes et les quarts de finale. La Coupe du Monde a également été marquée par la débâcle des équipes africaines, puisqu’aucune des cinq engagées n’a réussi à passer en huitièmes de finale. La meilleure d’entre elles, le Sénégal, a même raté la phase à élimination directe à cause d’un nombre de cartons jaunes plus élevé que le Japon. Un tel départage ne s’était jamais produit auparavant. Ce ne fut également pas la Coupe du Monde des pays asiatiques, dont le Japon fut le seul représentant en huitièmes de finale. L’Amérique fit un peu mieux avec deux de ses équipes en quarts de finale mais se retrouva absente en demi-finales. Le dernier carré fut donc 100% européen (France, Belgique, Angleterre, Croatie), situation pas si courante, avec des équipes plutôt inattendues à ce niveau de la compétition. Alors que les deux précédentes finales s’étaient terminées en prolongation avec un seul but marqué, nous avons cette fois eu le droit à une finale complètement folle avec un total de six réalisations. Enfin, depuis le légendaire Pelé en 1958, jamais un gamin aussi jeune que Kylian Mbappé n’avait marqué de but en finale de Coupe du Monde. Une situation qui a fait sortir de son silence le mythique attaquant brésilien: « Si Mbappé continue à égaler mes records, je devrai peut-être dépoussiérer mes crampons ». Ce même Kylian Mbappé a également fait parler de lui pour sa course folle contre l'Argentine, avec une pointe de vitesse à 37 km/h !

5 Mondial 2018 : Les coups d’éclat de Neymar

En cumulé, les roulades de Neymar ont fait perdre 14 minutes de jeu

Youtube / nouvelles vn7

Au début de la compétition, nous avions démontré sur 7x7 que Neymar pouvait par moment se révéler comme un joueur particulièrement énervant. Le moins que l’on puisse dire est que le Brésilien nous a donné raison. Éliminé avec le Brésil au stade des quarts de finale, c’est donc moins pour ses exploits en Russie que Neymar a beaucoup fait parler. En début de compétition, contre la Suisse (1-1), il se présentait avec sa fameuse « coupe spaghetti », qui n’allait pas tarder à provoquer moqueries, parodies ou détournements. Au deuxième match contre le Costa Rica (2-0), Neymar inscrivait un but avant de finir en pleurs à la fin du match, probablement par fierté. Un match durant lequel il s’est effondré en pleine surface de réparation adverse mais, vidéo oblige, ça n’a pas fonctionné. Pour le troisième match contre la Serbie (2-0), un bar de Rio de Janeiro se proposait d’offrir sa tournée à chaque chute du Brésilien durant la rencontre. Ce soir-là, le chiffre d’affaires a dû en prendre un coup ! En huitièmes de finale contre le Mexique (2-0), Neymar se signalait par un but mais aussi par de nombreuses chutes à répétition qui ont poussé le sélectionneur mexicain à qualifier l’attaquant de « honte pour le football ». Et ça recommencera contre la Belgique (1-2), mais ouf se diront certains, ce fut le dernier match de Neymar. Depuis les moqueries et parodies ne s’arrêtent plus. Parmi elles, cette vidéo de jeunes enfants jouant au foot qui se roulent par terre dès qu’est prononcé le nom du joueur. Ou encore cette campagne de prévention de l'INEM, le SAMU portugais, qui a utilisé une photo de Neymar à terre pour rappeler qu’il ne faut appeler les services de secours qu’en cas d’urgence.

6 Mondial 2018 : La déception des grands joueurs

Qwyuswjvbmhebks4jd8d

Lionel Messi n'a pas été à la hauteur du rendez-vous

wikimedia commons

Neymar était l’un des joueurs les plus attendus de cette coupe du monde mais, comme nous venons de le voir, c’est plus pour son talent de comédien que de joueur qu’il se sera démarqué. Le Brésil de Neymar a été éliminé en quarts de finales, prématurément tant la Seleçao faisait figure de grande favorite. Mais beaucoup de grands joueurs ont également raté leur rendez-vous. Depuis dix ans, Cristiano Ronaldo et Lionel Messi se partagent le monopole du Ballon d’or. Mais pas sûr que cela dure encore. Vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid sans être décisif en finale, Cristiano Ronaldo était très attendu avec la sélection portugaise, championne d’Europe en titre. Cela a bien commencé avec un triplé monumental contre l’Espagne (3-3) et s’est bien poursuivi avec un but contre le Maroc (1-0). Mais le début de la fin se fait sentir dès le match suivant. « CR7 » ne trouve pas le chemin des filets lors du match nul contre l’Iran (1-1) et il en sera de même lors du huitième de finale perdu contre l’Uruguay (1-2). Il faut se rendre à l’évidence que le Portugais ne gagnera jamais le plus beau des trophées. Pour Lionel Messi, la situation est la même. C’est en tout cas ce que laissait transparaitre l'air hagard de l’Argentin à l’issue du huitième perdu 4-3 contre la France. Non décisif lors du match nul contre l’Islande (1-1) puis lors de la claque infligée par la Croatie (0-3), Messi ne marque qu’un seul but contre le Nigeria (2-1), contribuant à la qualification in extremis de l’Argentine en huitièmes. Contre la France, il distribue deux passes décisives mais ne parvient pas à se montrer lui même dangereux. En quatre coupes du monde disputées, Messi est arrivé en finale il y a quatre ans contre l’Allemagne. Mais il semble bien que son palmarès en sélection restera vierge. Enfin, ce mondial était aussi l’occasion de scruter les performances de la révélation de la saison: l’Égyptien Mohamed Salah, finaliste de la Ligue des Champions avec Liverpool. Blessé à cette occasion trois semaines avant le début de la Coupe du Monde, il ne peut prendre part au premier match contre l’Uruguay (0-1). De retour contre la Russie, il marque un penalty contre le pays hôte mais ne peut empêcher la défaite (1-3). Il marque un autre but contre l’Arabie Saoudite, insuffisant là aussi (1-2). L’Égypte quitte alors la compétition sans la moindre victoire. 

7 Mondial 2018 : Le parcours inattendu des outsiders

Wek1m8gr386xjqafftis

Les Japonais, si près de l'exploit contre la Belgique

wikipédia

Cette Coupe du Monde se distinguait dès le départ par un renouvellement important des équipes participantes. Sur les 32 sélections qualifiées, 12 n’étaient pas au Brésil il y a quatre ans. L’Islande et le Panama participaient pour la première fois à la compétition planétaire. S’ils n’ont pas passé le premier tour, les Islandais se sont offert le luxe de tenir en échec l’Argentine au premier match (1-1). Mais certaines sélections sur lesquelles personne n’aurait osé parier ont marqué cette Coupe du Monde. Parmi elles, la Russie, pays hôte et sélection la moins bien classée par la FIFA en début de compétition, est parvenue à éliminer l’Espagne, donnée parmi les favoris, en huitièmes de finale. Les Japonais, qualifiés au nombre de cartons jaunes aux dépens du Sénégal, ont eux bien failli renverser la Belgique en huitièmes de finale. Menés 0-2 par leur adversaire, les Belges ont retourné la situation pour s'imposer 3-2. La Suède, participante inattendue, ne s’est pas arrêtée à son exploit d’éliminer l’Italie en barrages d’accessions à la compétition. La sélection scandinave a terminé première d’un groupe dans lequel figuraient Mexique et Allemagne, pour aller jusqu’en quarts de finale, éliminée par l’Angleterre (0-2). Cette même Angleterre qui aura elle aussi surpris les observateurs. Après une Coupe du Monde 2014 et un Euro 2016 calamiteux, personne ne donnait cher des chances des Three Lions. Et pourtant, portés par un Harry Kane meilleur buteur de la compétition, les Anglais n’ont échoué qu’aux portes de la finale, face à la Croatie (1-2). Ce dernier pays, déjà surprenant troisième en 1998, aura donc fait encore mieux. Il y a un mois, il aurait été audacieux d’imaginer leur présence en finale, et ce malgré le talent reconnu d’un grand nombre de leurs joueurs. Premiers de leur groupe après notamment une victoire éclatante contre l’Argentine (3-0), les Croates ont survécu à trois prolongations et deux séances de tirs aux buts pour se hisser dans une finale qu’ils ont dominé mais où ils dû faire face au réalisme implacable des Français. Quand les grands joueurs échouent avec leur équipe, ce sont les plus petits qui en profitent. Cela offre des surprises qui n’ont eu de cesse de faire de cette Coupe du monde une édition pas comme les autres, et qui restera gravée dans les annales footbalistiques.

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black
Partager Linkedin white Facebook white Twitter white Email white Plus white