7x Anticiper 7x Décrypter 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

7 pensées pour Léo, 100 ans…

Savoir Par Hervé Resse 23 août 2016

Yqyivnkcaea9x1vhzyku
Alan Humerose editions Cousu mouche
1 2 3 4 5 6 7

L’homme qui ne voulait pas chanter la mort a découvert la vie le 24 août 1916. Un siècle plus tard, Hervé Resse souffle cent bougies en sept chansons…

Aujourd’hui, un immense auteur-compositeur-interprète de la chanson française d’après-guerre aurait 100 ans… Et tout le monde s’en fout. Hormis quelques fidèles, certains mes amis, qui auront une pensée pour lui ce jour. Ceux-là se souviennent encore de cette Solitude immense qui les envahissait, ce matin de juillet 93 où on l’annonçait mort. Mort qu’il avait passé sa vie à tenter d’apprivoiser, comme Brel et Brassens avec lui, et aucun des trois n’y parvint.

Qui donc tiendra tête à La Mort ?... Qui donc ?

Ferré connaît semble-t-il cette période d’oubli relatif qu’ont subie avant lui tant d’intemporels, Molière… La Fontaine… Si, comme il le clamait, "l’art n’est pas un bureau d’anthropométrie, la lumière ne se fait que sur les tombes," probable qu’il lui faille en passer par ce sas d’indifférence, avant que ne s’impose un jour l’évidence. Tant pis. Dans un autre futur, il reviendra… Peut-être. Dans cent ans, ou bien à l’heure de l’An 10.000. Il avait prévu cela, disait parler pour dans 10 siècles…  « Et je prends date ! (…) on peut me rire au nez ! Ça dépend de quel rire… » (in « Le Chien »)

Voilà 7 pensées pour Léo, en ce jour d’éternelle (re) naissance. Pensées qui resteront, si l’on veut bien, à l’écart des turbulences et diatribes que suscitait son indomptable caractère. Certains s’obstinent à ne voir en lui que l’anar chic, révolutionnaire à la mie de pain après avoir ramé, artiste un peu laborieux, timide et bafouillant d’abord, dans les télés en noir et blanc, lunettes de prof de maths sur le nez. Il avait bien connu ces fameuses fins de mois (…) revenant 7 fois par semaine. Puis étaient venus les premiers succès, ses mots portés par des femmes (Gréco, Catherine Sauvage). Avant qu’il sente venir 68, un poil avant les autres. Salut, Beatnik !...

Dès lors on le soupçonna de surfer, comme il convient de dire aujourd’hui, sur cette vague. Cheveux longs en crinière, et plus du tout teintés. Je cause et je gueule, comme un chien… L’Amour et l’Anarchie.

Résister à ces apparences. Si Ferré gagna de l’argent avec ses chansons, « ça ne l’avait pas dérangé de n’en pas gagner, non plus, avec ses chansons » (in Et Basta !) Et s’il avait marché pieds nus, on l’aurait accusé de singer Jésus-Christ.

Écorché volontaire. Impérial impudique. Obscène ou pathétique, à moins qu’il fût simplement bouleversant, pleurant en direct à la télé ses larmes de gamin, qu’un cynique aussitôt jugeait de crocodile. On se fout des jugements. Quiconque se souvient de lui, vidant ses poches devant la magnifique Denise Glaser, (voir à partir de 5’) « vous voulez voir ce qu’il y a, dans les poches d’un homme conscient ? » est un peu mon ami.

7 pensées donc, en guise d’éternel « Merci ». Thank You, Satan. Happy Birthday, Ferré. Fraternité !

Nous suivre

Facebook black Twitter black Linkedin black
Partager Linkedin white 75 Facebook white Twitter white Email white Plus white