7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

4 "Extraordinaire" pour (la campagne de) Donald Trump ?

Gmtgbttb5rbujphjt7tg

Toujours dans les bons coups celui-là...

twitter

Le Brexit, "c'est fantastique", a déclaré Donald Trump, venu inauguré son terrain de golf en Ecosse ce vendredi 24 juin. Le candidat républicain à la Maison Blanche y voit même "un parallèle" avec sa propre campagne et ses propres soutiens : "Les gens veulent reprendre le contrôle de leur pays, ils veulent l'indépendance dans un certain sens." C'est bien sur une recette similaire à celle des leaders du "Leave" comme Nigel Farage et Boris Johnson que Trump mise : une belle cuillère à coupe de populisme, un grain de colère contre les élites et une bonne pincée de peur de l'immigration... Le résultat de ce vote britannique sonne donc comme un avertissement pour les démocrates outre-Atlantique. Alors, après le Brexit, Trump président ?

Pas si sûr. Comme le rappelle CNN, les électorats britanniques et américains sont très différents et un référendum au suffrage universel n'a rien à voir avec une présidentielle au suffrage universel indirect. Sans compter que le dernier sondage Washington Post-ABC, réalisé entre le 20 et le 23 juin (soit la veille du résultat du référendum britannique), montre que Donald Trump paye d'ores et déjà certains de ses propos outranciers. Relégué 12 points derrière Hilary Clinton, le candidat républicain a aussi perdu le soutien financier de certaines grandes marques

Sa dernière bourde à propos du Brexit - "avec la baisse de la livre, c'est plus de gens qui vont venir jouer au golf ici" - semble indiquer que l'homme est plus préoccupé par ses petites affaires que par la crise qui secoue l'Europe. Son adversaire démocrate creusera-t-elle encore plus l'écart ? C'est ce que semble indiquer le dernier sondage de NBC News, réalisé entre le 20 et le 26 juin, qui donne 49% des voix à Hillary Clinton (contre 48% la semaine précédente) et 41% pour Donald Trump (contre 42%) avec 10% d'indécis. Affaire à suivre (grâce au graphique dynamique du HuffPost, par exemple, qui combine les différents sondages). Mais qu'importe les chiffres (les sondages peuvent se tromper) : attention à ne pas sous-estimer "Dangerous Donald".

Partager 3 Linkedin white 16 Facebook white Twitter white Email white Plus white