7x Anticiper 7x Décoder 7x Savoir 7x Faire 7x Découvrir 7x S'évader 7x S'étonner

4 « Marine le Pen peut gagner une élection présidentielle »

7x7. - Vous expliquez qu’on ne peut pas être président sans le soutien des catégories populaires. En 2007, c’est Sarko qui les a séduites. En 2012, c’est Hollande. Et en 2017, qui leur parle à part Marine Le Pen ?

Laurent Bouvet. – Marine Le Pen justement. Les classes populaires, ce sont les ouvriers et les employés. Or cette catégorie, c’est non seulement la majorité de la population active mais aussi de l’électorat. Car il y a aussi des retraités et des jeunes qui en font partie. Et le total représente quasiment 60 % de l’électorat.

Quand on regarde la ventilation dans les sondages, chez les ouvriers, le premier parti c’est l’absention puis c’est Le Pen avec quasiment 45 % d’intentions de vote. Ce qui est considérable. Chez les employés, c’est plus partagé mais elle arrive quand même en tête. Donc la candidate des catégories populaires en 2017, c’est Marine Le Pen, ce qu’elle n’était pas, à ce point-là, en 2012. Elle est passée de presque un tiers à quasiment la moitié chez les ouvriers.

Après Marine Le Pen, ce fut longtemps le candidat socialiste en deuxième position dans les sondages. Mais depuis qu’on sait que c’est Hamon, ça a chuté. Le deuxième, maintenant c’est Mélenchon.

- Si on suit votre analyse, c’est MLP qui gagne à la fin.

- Alors pas nécessairement. C’est plus compliqué que d’habitude. Comme si la terre avait bougé sur son axe. On passe de l’axe droite-gauche qui structurait le débat à un axe symbolisé par un deuxième tour possible entre Le Pen et Macron.

On a désormais une polarisation très forte, sociale, territoriale, culturelle dans ce nouvel axe. Peut-être encore plus qu’avec l’axe droite gauche. Plus on diminue en revenus, en CSP, en formation… plus on vote Le Pen. Plus on augmente, plus on est Macron. Ce qui rend compliqué toute estimation des votes.

D’autant qu’il faut ajouter un troisième élément : l’abstention différentielle, c’est-à-dire le taux d’abstention selon le candidat. Et Marine Le Pen mobilise mieux son électorat que les autres. Si elle arrive en plus à ramasser l’essentiel des fillonistes et des petits candidats de droite et si elle ne perd pas trop sur son électorat de premier tour, elle serait alors en position de force.

En admettant qu’elle ait fait 30 % au premier tour, elle peut avoir atteindre 50 % au second tour si le taux de participation est de 70 % au lieu de 80.

Ce sont des éléments qui s’ajoutent pour arriver à une conclusion  simple: Marine Le Pen peut gagner une élection présidentielle. 

Partager 5 Linkedin white 261 Facebook white Twitter white Email white Plus white